Un passage longtemps secret du rapport sur le 11/09 rendu public

le
0
    par Patricia Zengerle 
    WASHINGTON, 15 juillet (Reuters) - Une commission du Congrès 
américain a rendu public vendredi un passage longtemps resté 
secret du rapport officiel sur les attentats du 11 septembre 
2001 qui examinait d'éventuels liens entre les auteurs des 
attaques et les autorités saoudiennes. 
    Ces liens n'ont pu être confirmés de source indépendante, 
a-t-elle dit à propos de ces 28 pages classées "secret défense" 
du rapport d'enquête de 2002 sur les attentats qui ont fait près 
de 3.000 morts à New York et Washington. 
    Quinze des 19 pirates de l'air étaient saoudiens. 
    Le passage, dont la publication était réclamée depuis des 
années par les familles des victimes mais bloquée par des 
querelles à Washington entre le Congrès et diverses 
administrations, a été dévoilé par la commission des 
Renseignements de la Chambre des représentants.  
    Il ne mettra probablement pas un terme à la controverse sur 
le rôle de l'Arabie saoudite, partenaire stratégique des 
Etats-Unis au Moyen-Orient, dans les attentats du 11-Septembre.  
    Beaucoup de responsables s'opposaient à cette publication 
par crainte qu'elle ne nuise aux relations entre Ryad et 
Washington.  
    "Selon divers documents du FBI et une note de la CIA, 
certains des pirates de l'air du 11-Septembre, lorsqu'ils 
étaient aux Etats-Unis, ont apparemment eu des contacts avec des 
individus peut-être liés au gouvernement saoudien", peut-on lire 
dans le rapport, qui dresse une liste de ces liens présumés.  
    Sont ainsi cités des contacts entre Saoudiens en Californie 
ou une affirmation selon laquelle un homme censément employé par 
le ministère saoudien de l'Intérieur a résidé en septembre 2001 
dans le même hôtel de Virginie qu'un des pirates de l'air.  
    L'ambassadeur d'Arabie saoudite à Washington, Abdoullah al 
Saoud, a déclaré que son pays se réjouissait de cette 
publication.  
    "Nous espérons que la publication de ces pages effacera une 
bonne fois pour toutes les questions ou suspicions à propos des 
actions ou des intentions de l'Arabie saoudite, ou de sa longue 
amitié avec les Etats-Unis", a-t-il dit.  
    Le porte-parole de la Maison blanche Josh Earnest a déclaré, 
avant que les pages ne soient rendues publiques, qu'elles ne 
dévoileraient aucune preuve de la complicité de l'Arabie 
saoudite dans les attentats.  
    L'administration Obama a transmis vendredi matin au Congrès 
une version déclassifiée des 28 pages, rédigées de manière à 
protéger les sources et les méthodes des services de 
renseignement. La commission de la Chambre l'a publiée quelques 
heures plus tard.  
     
      
     
 
 (Jean-Stéphane Brosse pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant