Un parking en ville: combien ça coûte et combien ça rapporte

le
0

CARTE INTERACTIVE - Sur la base des données du site MonsieurParking, découvrez les prix d’achat et les loyers des parkings des principales villes ainsi que les rendements locatifs. Un investissement qui reste intéressant.

Alors que le parc automobile a tendance à diminuer dans bon nombre de grandes villes françaises, est-il toujours judicieux d’investir dans des parkings? Évidemment le site spécialisé dans la location/vente/réservation entre particuliers MonsieurParking a plutôt tendance à penser que oui. Mais il appuie sa démonstration sur une grande quantité de données, publiques et privées.

Il en ressort notamment que l’immobilier de parking reste un marché tendu. En cause notamment, la réduction des emplacements de stationnement disponibles en voirie (-10% en moyenne dans les grandes métropoles depuis 2008) et un parc de stationnement résidentiel qui augmente faiblement dans la plupart des villes, voire qui baisse légèrement, comme à Paris. Et surtout, il resterait bon nombre de places vacantes inaccessibles aussi bien à la location qu’à la vente, ce qui maintient des prix élevés.

Un rendement moyen de 5,83%

Au global, les prix de l’immobilier de parking ont bondi de plus de 30% depuis 2008 tandis que la rentabilité locative brute a progressé plus modérément avec une augmentation de 15% depuis 2008. Désormais, une place de parking se vend en moyenne à 21.400 euros à travers la France contre 16.230 euros en 2008. Côté rendement, on peut désormais espérer 5,83% de rentabilité locative réelle (rentabilité corrigée de l’impact de l’inflation), contre 3,88% en 2008. Mais on reste bien en dessous de 2009 où la rentabilité s’affichait à 6,51%.

Localement, l’étude montre qu’à Paris les loyers des parkings ont tendance à progresser moins vite qu’à l’échelle nationale, même s’ils s’affichent à des niveaux élevés (131 euros mensuels en moyenne). Les prix de vente, eux, progressent plus fortement que sur la moyenne du territoire (31.200 euros en moyenne) ce qui impacte négativement la rentabilité (3,5% avec la correction de l’inflation).

De son côté, Lyon affiche un loyer moyen de 85 euros (contre 73 euros en 2008), une hausse supérieure de 1,5 point à la moyenne nationale tandis que le prix de vente moyen de 20.970 euros surperforme la tendance nationale de 2 points. Quant au rendement, avec 4,85% de rentabilité locative réelle c’est l’une des valeurs les plus faibles des métropoles françaises aux côtés de Bordeaux.

Marseille affiche, quant à elle, une spécificité, c’est l’une des seules grandes villes à voir son taux d’équipement automobile progresser en 10 ans même si l’avancée est très faible (+0,12 point) mais en même temps l’offre de stationnement a beaucoup progressé. Résultat: les loyers ont baissé de 11% en 8 ans pour atteindre 84 euros, tandis que les prix de vente ont diminué de 4% (10% avec l’inflation) pour atteindre 17.000 euros. Le rendement, à 5,95% réels, est légèrement supérieur à la moyenne nationale.

Et aussi Nice, Lille, Montpellier et Toulouse

À Nice, les données sont très volatiles pour les loyers avec de fortes variations d’une année sur l’autre pour s’établir à 118 euros en 2015 tandis que les prix de vente ont explosé (+61% depuis 2008) pour atteindre 28.200 euros. Là encore, la rentabilité souffre (5% réels), en dessous de la moyenne nationale.

Heureux automobilistes à Lille qui ont vu leur loyer de parking se maintenir depuis 2008, puisqu’ils sont passés de 72 à 73 euros. Les prix de vente ont, eux, augmenté un peu plus que la moyenne: +39% à 13.700 euros. La rentabilité, elle, est l’une des meilleures de France à 6,4%, mais elle a peu augmenté depuis 2008.

À Montpellier, où les loyers progressaient moins vite qu’ailleurs, il y a un effet de rattrapage depuis quelques années. Il faut compter 75 euros pour stationner dans la ville et 16.000 euros pour y acheter un parking. La rentabilité réelle, à 5,65%, est dans la moyenne.

Du côté de Bordeaux, il faut compter 72 euros mensuels pour se garer (+7% en 8 ans en euros constants) et 17.800 euros pour s’acheter une place de parking. La ville est l’une des lanternes rouges en matière de rendement avec un modeste 4,8% même si ce chiffre progresse nettement depuis 2014.

Quant à Toulouse, les 74 euros mensuels de loyer correspondent à une baisse de 5,3% depuis 2008 tandis que le prix de vente s’affiche à 16.200 euros. La rentabilité y est toute proche de la moyenne nationale à 5,5%.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant