Un paquet de cigarettes sur quatre vendu désormais au marché noir

le
2

Selon une étude du cabinet KPMG, les ventes en-dehors des bureaux de tabac ont représenté 25,2% des ventes totales l'an dernier, contre 22,6% en 2012. Les buralistes demandent au gouvernement un véritable plan de lutte contre la contrebande.

Plus d'une cigarette sur quatre fumée en France en 2013 a été achetée au marché noir. Une étude du groupe de conseil et d'audit KPMG confirme l'essor des marchés paralèlles de vente de tabac, contre lesquels majors et buralistes cherchent à lutter. L'étude note que les ventes en-dehors des bureaux de tabac ont représenté 25,2% des ventes totales l'an dernier, contre 22,6% en 2012. Soit une augmentation de plus de 11% en un an. «C'est un drame, a réagi Pascal Montredon, président de la confédération des buralistes. Nous le prévoyions depuis plusieurs mois et c'est arrivé: le marché parallèle a explosé et ce n'est pas fini puisqu'on enregistre encore un recul des ventes depuis le début de l'année. L'État de droit est complètement bafoué.»

Dans le collimateur des buralistes: les augmentations successives du prix du paquet de cigarettes, «trois en moins de quinze mois», rappelle Pascal Montredon. Les taxes sur le tabac ont rapporté l'an dernier à l'État 11,2 milliards d'euros, plus que prévu. Début juin, deux sénateurs proposaient même d'instaurer une nouvelle taxe, cette fois sur les mégots de cigarettes. Autant de coups de pouce pour les comptes publics qui incitent cependant les fumeurs à se fournir à l'étranger, où les paquets sont moins chers. L'étude de KPMG souligne que les ventes transfrontalières ont augmenté de 36% entre 2012 et 2013. En tête des pays où les consommateurs vont se fournir: la Belgique et l'Algérie. Les entrées en France de cigarettes à l'origine de ces deux pays ont grimpé respectivement de 99% et 85% entre 2012 et 2013, pour passer la barre des 2 milliards d'unités, juste derrière les ventes en duty free (2,62 milliards).

«3 milliards d'euros» de recettes fiscales perdues pour l'État

Autre cheval de bataille des buralistes, les quotas de cigarettes importées de l'étranger qui avaient fait bondir Bruxelles. Dès 2009, l'Europe avait rappelé la France à l'ordre, jugeant les mesures en vigueur trop protectionnistes. Au 1er janvier, les seuils ont été relevé de cinq à dix cartouches par personne et de 50 à 1000 cigares. «L'Union européenne a puni la France, résultat: les ventes trasnfrontalières ont explosé, se désole Pascal Montredon. Les pays qui le veulent devraient avoir le droit d'imposer les seuils qu'ils souhaitent.»

Selon la confédération des buralistes, l'essor des marchés parallèles a privé l'État de 3 milliards de recettes fiscales et a engendré la fermeture de nombreux tabac représentant environ 2500 emplois. Les buralistes, déjà échaudés par le succès de l'e-cigarette, demandent au gouvernement de se mobiliser contre les marchés parallèles. Reçu par le ministère de l'Intérieur ce mercredi soir, Pascal Montredon a notamment exigé le blocage des sites de vente de tabac en ligne et le renforcement des moyens de douanes et de gendarmerie pour lutter contre l'importation illégale de tabac. Prochain objectif: «obtenir un rendez-vous avec le Premier ministre, puis avec le président de la République». Mais pas question de céder à la «réunionite», les buralistes veulent avant tout «des actions concrètes, efficaces et mesurables».

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • digby le jeudi 26 juin 2014 à 09:53

    Hause de prix en Francemarché europeen libreque attendez vous ??je ne fume plus mais si je fumais je ferai tout pour acheter le moins cher

  • b.renie le jeudi 26 juin 2014 à 09:16

    Voilà un domaine qui concerne la santé publique dans lequel le Conseil des chefs de Gouvernement devrait demander à la Commission de Bruxelles de faire des propositions pour lutter efficacement contre le tabagisme