Un palmier à huile par famille au Nigeria

le
0

(Commodesk) Les autorités régionales d'Imo au Nigeria veulent planter 10 millions de palmiers à huile, dans le cadre d'un programme de retour aux champs. Chaque famille serait invitée à planter un palmier, en espérant un rendement à trois ans.

Les autorités locales ont prévu de consacrer 1.000 hectares à ce projet dans chacune des 27 sous-régions de l'Etat d'Imo (au sud du pays). Des plants seraient fournis aux familles.

Les autorités nigérianes espèrent dupliquer le succès de la Malaisie et de l'Indonésie en ce domaine, et en tirer des revenus fiscaux conséquents. Le Nigeria a été jusqu'aux années 1960 un producteur majeur d'huile de palme, avec une part de marché mondiale de 43%, tombée depuis à 7%.

Toutefois, l'ONG Rainforest rappelle que le Nigeria a échoué à plusieurs reprises sur de pareils projets. Dans les années 1960, l'Etat de Cross River n'a pas réussi à développer des plantations géantes, sur des terres confisquées aux populations qui y vivaient.

Puis de 1988 à 1995, l'Union européenne a financé un projet portant sur 6.750 hectares de forêts tropicales, qui n'a pas abouti, vraisemblablement en raison de mauvaises appropriations des fonds. La corruption endémique des autorités nigérianes a dissuadé la Banque mondiale de financer de nouveaux projets en 2010.

Le Nigeria est l'Etat le plus peuplé d'Afrique, et compterait un million de planteurs. Les palmiers sont répartis sur 1,65 million d'hectares parmi des champs de maïs et de manioc dans le sud-ouest du pays.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant