Un palmarès politique et fragmenté pour la 41e nuit des Césars

le
0
De haut en bas et de gauche à droite : Catherine Frot, Vincent Lindon, Cyril Dion et Mélanie Laurent, Arnaud Desplechin, Philippe Faucon, Florence Foresti.
De haut en bas et de gauche à droite : Catherine Frot, Vincent Lindon, Cyril Dion et Mélanie Laurent, Arnaud Desplechin, Philippe Faucon, Florence Foresti.

Aucun film n’a dominé une cérémonie qui a saupoudré ses récompenses entre « Fatima », « Marguerite », « Mustang », « La Tête haute » ou « La Loi du marché ».

Voilà bien longtemps qu’un palmarès des Césars n’avait été aussi fragmenté que celui qui s’est dessiné au fil de la 41e cérémonie organisée au théâtre du Châtelet, à Paris, le 26 février, par l’Académie des arts et techniques du cinéma.

Deux films, Marguerite de Xavier Giannoli et Mustang de Deniz Gamze Ergüven ont remporté chacun quatre trophées, mais une seule de ces récompenses sur les huit décernées concerne l’une des catégories majeures : le prix d’interprétation féminine à Catherine Frot pour son rôle de cantatrice fausse dans Marguerite.

Fatima, de Philippe Faucon, sacré meilleur film, n’a obtenu que deux autres Césars, ceux de l’adaptation, à Philippe Faucon, et celui de l’espoir féminin, à Zita Hanrot. Arnaud Desplechin, qui avait obtenu sa quatrième nomination au César du meilleur réalisateur pour Trois souvenirs de ma jeunesse a enfin décroché ce prix, mais son film – pourtant nommé dans onze catégories – n’a pas obtenu d’autre récompense.

En prise sur les affaires du monde Mais si aucune œuvre ne domine ce tableau d’honneur, on y discerne une certaine idée que le cinéma français se fait de lui-même. A Fatima, portrait d’une mère de famille venue d’Algérie et à Mustang qui met en scène l’enfermement de jeunes filles modernes dans une petite ville turque, on peut ajouter La Loi du marché, portrait ultra-réaliste du monde du travail postindustriel, qui a valu enfin le prix d’interprétation à Vincent Lindon, La Tête haute d’Emmanuelle Bercot, qui dépeint le ...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant