Un otage canadien exécuté par Abou Sayyaf aux Philippines

le
0
 (Actualisé avec confirmation officielle, précisions) 
    KANANASKIS, Canada/MANILLE, 25 avril (Reuters) - L'otage 
canadien John Ridsdel a été exécuté par les islamistes du groupe 
philippin Abou Sayyaf, lié à Al Qaïda, a confirmé le 
gouvernement canadien, qui cite un ami du prisonnier. 
    Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a fait part de 
son indignation et parlé d'un "meurtre de sang-froid". John 
Ridsdel avait exercé des fonctions de direction dans le secteur 
minier. 
    L'armée philippine a rapporté qu'une tête tranchée avait été 
retrouvée lundi par des habitants sur l'île de Jolo, cinq heures 
après l'expiration de la date limite fixée pour le versement 
d'une rançon par les islamistes. Ils avaient menacé d'exécuter 
un de leurs otages.   
    Il n'a pas été confirmé pour l'instant si la tête retrouvée 
est celle d'une des quatre personnes pour laquelle Abou Sayyaf 
avait réclamé une rançon.  
    Il y avait un autre Canadien otage mis aux côté de John 
Ridsdel, ainsi qu'un Norvégien et une Philippine. Dans une 
vidéo, ils avaient appelé leurs familles et leurs gouvernements 
à assurer leur libération. 
    Selon un porte-parole de l'armée, les habitants ont vu deux 
hommes à moto laisser tomber un sac en plastique contenant la 
tête tranchée.  
    Il a également expliqué que les islamistes d'Abou Sayyaf 
avaient menacé de décapiter un de leurs quatre otages lundi si 
une rançon de 300 millions de pesos (près de six millions 
d'euros) pour chacun d'entre eux n'était pas versée avant 15h00 
locales. 
    La demande initiale était d'un milliard de pesos pour chacun 
des otages. Ils avaient été capturés dans une station balnéaire 
de l'île de Samal le 21 septembre. 
    Abou Sayyaf avait décapité un otage malaisien en novembre 
dernier le jour même où le Premier ministre malaisien arrivait à 
Manille pour un sommet international. 
    Le président philippin Benigno Aquino a demandé à l'armée de 
renforcer son action contre Abou Sayyaf. 
    Le groupe détient d'autres otages et notamment un 
Néerlandais, un Japonais, quatre Malaisiens et 14 Indonésiens.  
 
 (Manuel Mogato à Manille et Andrea Hopkins à Kananaskis, dans 
l'Alberta; Danielle Rouquié pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant