Un OM à l'amer

le
0
Un OM à l'amer
Un OM à l'amer

Poussés par leurs supporters mais stériles dans le jeu, les joueurs de l'OM concèdent un 0-0 sans histoire pour la première de Rudi Garcia au Vélodrome.

Olympique de Marseille 0-0 Girondins de Bordeaux


Ils sont plus de 50 000 à crier aux armes mais ils sont onze à ne pas avoir aiguisé leurs couteaux. Venus en masse, les supporters de l'OM arborent un tifo : "Yes we can" mais ceux qu'ils aiment ne peuvent pas. Ce dimanche était celui des retrouvailles entre les dingues du club et leur équipe nouvelle version, mais la cérémonie de mariage a été un flop. Comme prévu, si l'organigramme et les ambitions ont évolué, le niveau proposé par leur onze n'a pas changé comme par magie. Retour sur un 0-0 sauvé par l'ambiance.

Cauchemar en cuisine


En loges, l'ambiance est plus feutrée. Et si les petits fours de Frank McCourt sont au caviar, sur la pelouse, Rudi Garcia fait sa cuisine avec les moyens du bords. Pendant que Maxime Lopez, toujours disponible, s'active comme un jeune commis, la paire Bedimo-Sarr est plutôt gauche tarama. Techniquement à la rue, à la relance comme dans la création, le Camerounais n'aide pas l'ancien messin dont la première mi-temps se résume à un rush de début de service. Chef du onze phocéen, Diarra est isolé de sa brigade ce qui empêche la paire Doria-Rolando de sortir les plats tranquillement. Marseille galère. Surtout qu'en face, Bordeaux à la dalle. Ounas est systématiquement dangereux dans ses prises de balles, Rolan est souvent trouvé dans le dos des centraux marseillais pendant que Pallois assure la sécurité derrière. En possession du ballon mais en difficulté dans l'utilisation, les joueurs de Rudi Garcia n'inquiètent Prior que sur une belle frappe lointaine d'un Thauvin trop esseulé. La partie est calme mais pas assez pour l'homme en noir monsieur Rainville, qui se claque et est remplacé par le cinquième arbitre. Egalement blessé, Bafé Gomis se contente lui d'un strap à la cuisse et d'une tête non-cadrée. C'est déjà mieux que Malcom, qui file en contre mais trouve le moyen de buter sur une motte de terre aussi décisive que Doria, moins touffu, mais tout aussi efficace au moment de sauver les siens. 21h30 : l'heure de l'entracte. Le moment de vérifier que Lassana Diarra n'est pas planqué dans les loges.

Le loupé fou de Leya Iseka


Car pour gagner l'OM a besoin de son…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant