Un officier de l'armée turque demande l'asile aux USA-responsables US

le
0
    WASHINGTON, 10 août (Reuters) - Un officier de l'armée 
turque en poste sur un site américain de l'Otan a demandé 
l'asile aux Etats-Unis après avoir été rappelé par le 
gouvernement turc dans la foulée du putsch avorté dans le pays, 
ont dit à Reuters des responsables américains. 
    Depuis l'échec du coup d'Etat, qui a fait plus de 240 morts 
et près de 2.200 blessés le 15 juillet au soir et dans la nuit 
qui a suivi, les autorités turques se sont lancées dans une 
purge des services de l'Etat. 
    Des dizaines de milliers de membres de la justice, de 
l'armée, de la police, des services publics et des médias, 
soupçonnés de lien avec le réseau de Fethullah Gülen, 
prédicateur exilé aux Etats-Unis accusé d'être à l'origine du 
coup de force, ont été arrêtés, limogés ou suspendus. 
  
    La demande d'asile de l'officier turc est susceptible de 
tendre encore un peu plus les relations entre les Etats-Unis et 
la Turquie, Washington refusant à ce stade d'accéder aux 
demandes d'Ankara concernant l'extradiction de Fethullah Gülen. 
    Le gouvernement turc lancé la semaine dernière un mandat 
d'arrêt contre le prédicateur.   
    Les deux responsables américains, qui ont parlé à Reuters 
sous le sceau de l'anonymat, ont précisé que l'officier turc 
travaillait au commandement allié transformation (Allied Command 
Transformation) de l'Otan, basé à Norfolk, en Virginie. Ils 
n'ont donné ni son nom ni son grade. 
    Un responsable de l'ambassade de Turquie à Washington a 
cependant dit que le contre-amiral de la marine Mustafa Ugurlu 
ne s'était pas présenté aux autorités après que le pays a lancé 
le mois dernier un ordre de détention le concernant. 
    "Le 22 juillet, il a laissé ses badges et ses papiers 
d'identité à la base et après cela plus personne n'a eu de ses 
nouvelles", a dit le responsable de l'ambassade, s'exprimant 
également sous le sceau de l'anonymat. 
    Il a ajouté ne pas être courant d'une demande d'asile, 
soulignant également que deux autres officiers de grade peu 
élevé basés aux Etats-Unis avaient été rappelés en Turquie. 
    "Mais il n'y a pas d'ordres de détention pour eux", a 
précisé le responsable. 
    Au sein de l'Otan, la Turquie dispose, derrière les 
Etats-Unis, de la deuxième armée la plus importante de 
l'alliance. 
    Un porte-parole du Pentagone a refusé de commenter 
l'information, disant que toute question concernant des 
militaires turcs devait être adressée à la Turquie. 
    De son côté, une porte-parole de la base de Norfolk a noté 
que 26 militaires turcs y étaient en poste, louant au passage 
leur contribution aux activités du site. 
 
 (Phil Stewart et Yara Bayoumy, Benoît Van Overstraeten pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant