Un obus frappe une station d'autobus dans le centre de Donetsk

le
0

(Actualisé avec précisions, commentaires de Porochenko sur Kramatorsk) DONETSK, Ukraine, 11 février (Reuters) - Un obus a frappé mercredi une station d'autobus du centre de Donetsk, ville sous contrôle des séparatistes pro-russes, faisant au moins un mort, a constaté un journaliste de Reuters. L'obus a traversé le toit de la station et a détruit deux minibus. Selon les services de secours sur place, une seconde personne est décédée à l'hôpital et deux autres ont été grièvement blessées. Les violences ne faiblissent pas dans l'est de l'Ukraine à quelques heures de l'ouverture d'un sommet "de la dernière chance" pour la paix qui doit réunir les dirigeants ukrainien, russe, français et allemand en fin d'après-midi à Minsk. Lors d'une visite dans la nuit au quartier général de l'armée ukrainienne pour l'est de l'Ukraine à Kramatorsk, le président ukrainien Petro Porochenko a dénoncé les tirs de roquettes sur cette ville sous contrôle gouvernemental éloignée du front, qui ont tué des civils et des militaires. "C'est un désastre. C'est un crime contre l'humanité. C'est à près de 50 km de la ligne de front, et des rebelles et des terroristes soutenus par les Russes attaquant des civils, attaquant la ville pacifique de Kramatorsk, c'est absolument inacceptable", a dit le chef de l'Etat aux journalistes. "Ces crimes devront être punis. Nous exigeons un cessez-le-feu immédiat et inconditionnel, la fermeture de la frontière, et le retrait de toutes les troupes étrangères du territoire ukrainien", a-t-il ajouté. Selon les autorités, sept civils au moins ont été tués dans les attaques à la roquette sur Kramatorsk, tandis que 26 civils et dix militaires étaient blessés. De source parlementaire, on ajoute que parmi les tués, figurent aussi quatre militaires. ID:nL5N0VK2XF (Aleksandar Vasovic et Margarita Tchornokondatrenko; Tangi Salaün et Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant