Un obstacle de moins sur le chemin du retour de Sarkozy

le
3
Un obstacle de moins sur le chemin du retour de Sarkozy
Un obstacle de moins sur le chemin du retour de Sarkozy

Le non-lieu accordé lundi à Nicolas Sarkozy dans un volet de l'affaire Bettencourt lève un obstacle important sur le chemin du retour en politique de l'ex-président de la République. Même si celui qui fait figure de favori auprès des sympathisants de droite intéresse encore la justice. Son nom reste cité dans d'autres dossiers, notamment celui de l'attentat de Karachi.

Nicolas Sarkozy a néanmoins de quoi se réjouir. C'est que pesait sur l'ancien chef de l'Etat une incrimination jugée dans son entourage aussi «injuste» qu'«infamante» : l'abus de faiblesse sur l'héritière de L'Oréal Liliane Bettencourt, 91 ans le 21 octobre. Les juges d'instruction bordelais, dont Jean-Michel Gentil, le même qui avait prononcé le 21 mars cette mise en examen, ont décidé le non-lieu si vivement espéré par l'ancien patron de l'UMP et ses amis .

Il n'a jamais dit explicitement qu'il voulait revenir mais...

L'entourage de l'ex-président, 58 ans, s'en était vivement pris au juge Gentil, Henri Guaino allant jusqu'à assurer qu'il avait «déshonoré la justice». Sarkozy lui-même avait qualifié d'injuste et infondée cette mise en cause. Il y avait eu l'impact personnel, «douloureux pour toute la famille», avait confié son épouse, Carla Bruni, jugeant «inimaginable que cet homme-là (ndlr : son mari) puisse abuser de la faiblesse d'une dame qui a l'âge de sa mère». Mais aussi et surtout les répercussions politiques.

Depuis son échec à la présidentielle, Nicolas Sarkozy n'a jamais dit explicitement qu'il voulait revenir en piste. Mais il n'a cessé de se rappeler au bon souvenir de ses amis et de ses adversaires, distillant petites phrases en privé, aussitôt répercutées dans toute la presse, et apparitions de plus en plus médiatisées.

Exemples récents : ses sorties, en Haute-Savoie le 18 septembre, puis à Cannes et Nice le 27, où il a retrouvé ses restaurants de prédilection. Des étapes ont alors été franchies : il a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • contava4 le lundi 7 oct 2013 à 15:26

    ils ont peur de lui...bravo NS...tu vas les ecraser.......ils reçoivent déjà par la FN....le gros teinté une honte pour la FRANCE

  • LeRaleur le lundi 7 oct 2013 à 15:23

    Battu une fois, sera battu une deuxième fois au profit de la gauche, encore une fois.

  • mlaure13 le lundi 7 oct 2013 à 15:15

    Chacun a joué sa partition, de Droite comme à Gauche...Mais le bon sens finit (heureusement) par l'emporter!...Maintenant, nous refiler le BlingBling à la présidentielle, PAS D'ACCORD !!!...