Un nouveu dirigeant chinois accusé de corruption

le
0

PEKIN, 7 août (Reuters) - Les autorités chinoises vont poursuivre en justice pour corruption un ancien cadre dirigeant, qui travaillait pour les services de régulation financière, a annoncé vendredi l'organe anti-corruption du Parti communiste chinois (PCC). A la suite de son arrivée à la tête du parti en 2012 puis à la présidence du pays en 2013, Xi Jinping a lancé une vaste campagne de lutte contre la corruption qui a abouti à la disgrâce de plusieurs dizaines de hauts dirigeants. Li Liang, ancien chef du service de protection des investissements au sein de la Commission chinoise de régulation financière, est accusé d'avoir accepté des pots-de-vin et d'avoir abusé de sa position. Il a été exclu du Parti communiste, préalable à des poursuites en justice, précise dans un communiqué la Commission centrale pour l'inspection de la discipline, l'organisme du PCC chargé de la lutte contre la corruption. "Les actions de Li Liang constituent une infraction grave à la discipline et à la loi", peut-on lire dans le communiqué de cette commission. L'organe anti-corruption ne donne pas davantage de détails et ne précise pas, par exemple, si l'accusé est défendu par un avocat. (Koh Gui Qing et Ben Blanchard; Simon Carraud pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant