Un nouvel équilibre pour la coalition internationale

le
0
Menée pendant huit jours par le trio États-Unis, Grande-Bretagne, France, la coalition est contrainte de trouver un nouvel équilibre depuis que l'Otan a pris la main sur les opérations militaires au cours du week-end.

Après avoir été à l'avant-garde de l'intervention, accompli un tiers des missions de la coalition, réalisé un sans-faute et prouvé le niveau d'excellence de son armée de l'air, la France s'apprête à baisser la voilure. «Nous avons fourni un gros effort au début. C'était indispensable. La plupart des objectifs ont été atteints. Il faut désormais centraliser les différents commandements pour être efficaces» explique le général Jean-Paul Palomeros, chef d'état-major de l'armée de l'air.

Après l'intensité militaire du début, il va désormais falloir tenir sur la longueur et laisser davantage de place au volet politique de l'intervention. «La campagne aérienne en Libye est plus difficile et complexe que ne le furent les interventions en Bosnie et au Kosovo, où une opposition structurée au sol avait pu prendre l'ascendant», poursuit le général Palomeros. Il faudra, selon lui, faire preuve de «patience». «Plus on se rapproche des centres urbains, plus la sit

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant