Un nouveau statut pour l'école catholique

le
0
Voté par l'assemblée des évêques, il renforce les pouvoirs des prélats sur une structure trop autonome.

«Ce n'est pas une reprise en main», commente un évêque à propos de la réforme des statuts de l'enseignement catholique, votée jeudi matin par l'assemblée plénière. C'est l'heure du café, jeudi après-midi, dans le charmant jardin de la maison des évêques de France, avenue de Breteuil, à Paris. La centaine de prélats qui vient de poser pour la photo souvenir - avec toutes les secrétaires dont c'est la fête - redescend en sous-sol, dans l'amphithéâtre, après avoir longuement débattu d'un texte d'allure incolore mais qui engage la lourde machine de l'enseignement catholique pour des décennies.

Un autre évêque récuse également l'expression «reprise en main»: «Il s'agit, pour nous, de mieux veiller à l'âme» de ces 10.000 établissements, assure-t-il. La moitié sont des écoles primaires mais 2000 proposent un enseignement supérieur. L'ensemble atteint tout de...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant