Un nouveau souffle pour BlackBerry

le
0
Un nouveau souffle pour BlackBerry
Un nouveau souffle pour BlackBerry

Presque enterrée fin 2013, la société BlackBerry aurait encore de beaux jours devant elle, non seulement grâce à ses nouveaux téléphones, mais également ses services proposés aux professionnels.Passé complètement à côté du marché des tablettes et ringardisé par celui des smartphones à écrans tactiles et leur offre pléthorique d'application, tant sous Android qu'iOS, BlackBerry affiche pourtant pour la première fois depuis longtemps un bénéfice (28 millions de dollars), malgré un chiffre d'affaires en baisse lors du dernier trimestre fiscal, qui s'est terminé en février 2015. De décembre 2014 à février 2015, BlackBerry affirme avoir notamment vendu 1,6 million de smartphones, à un prix moyen de 211 dollars. Signe des temps, c'est désormais dans le secteur des logiciels et plus spécifiquement de la sécurité pour les entreprises qui devient le plus porteur pour BlackBerry, forcé de diversifier son offre.

Le premier téléphone BlackBerry (5810) a été lancé en 2002. Six ans plus tard, son constructeur canadien RIM revendique plus de 25 millions d'utilisateurs dans le monde. Sa renommée est alors à son apogée, le nouveau président des États-Unis Barack Obama affirmant même ne pas pouvoir se passer de son BlackBerry, même une fois élu. Le succès de l'iPhone et plus généralement des smartphones à écran tactile a raison du succès de l'entreprise. En 2013, RIM se rebaptise BlackBerry et présente en grande pompe une toute nouvelle plate-forme et son premier appareil (le Z10) à clavier tactile. Sans succès.

Les derniers téléphones de la marque, tous compatibles 4G, sont le Passport, qui rompt avec les codes du marché avec son écran carré tactile de 4,5 pouces au-dessus d'un clavier traditionnel, le Classic qui s'inscrit davantage dans la tradition du fabricant avec son écran de 3,5 pouces et le tout nouveau Leap. Ce smartphone de 5 pouces de diagonale, entièrement tactile, reprend un peu le concept du Z10 avec une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant