Un nouveau sondage confirme la baisse de popularité de Hollande et Valls

le
7
Un nouveau sondage confirme la baisse de popularité de Hollande et Valls
Un nouveau sondage confirme la baisse de popularité de Hollande et Valls

Après leur forte chute de lundi, un deuxième sondage atteste de la baisse de popularité de François Hollande et Manuel Valls. Le président de la République et son Premier ministre sont respectivement en recul de 6 et 5 points dans le baromètre mensuel Ifop-Paris Match et Sud Radio (*) publié ce mercredi.

Les fortes hausses enregistrées après les événements de Charlie Hebdo, de Montrouge et de la porte de Vincennes semblent loin derrière l'exécutif. Les Français ne font plus bloc derrière leur président. 

Trente-quatre pour cent des personnes interrogées approuvent l'action du Président de la République en février, alors qu'elles étaient 40 en janvier. Un tiers (32%,contre 29% en janvier) pense qu'il dit la vérité aux Français et seulement 22% souhaitent qui'il soit réélu en 2017 (moins 1 point). 

Mais le ressenti des sondés n'est pas que sévère à l'égard de François Hollande. 62% des personnes interrogées (+2 points) estiment ainsi qu'il défend bien les intérêts de la France. 

Quant au Premier ministre, il s'en sort mieux. S'il perd cinq point en un mois, 56% de sondés approuvent son action. Les Français sont 43% (+ 1) à penser que Manuel Valls est capable de sortir le pays de la crise et sont 67% (- 1) à estimer qu'il dirige bien l'action du gouvernement et 65% (- 6) à le considérer comme une personnalité qui doit jouer un rôle important à l'avenir.

Pour autant, 64% des personnes interrogées sont convaincues que l'opposition, si elle était au pouvoir, ne ferait pas mieux que le gouvernement actuel.

Cette enquête conforte le sondage Ipsos publié lundi qui, le premier, annonçait la fin de l'état de grâce. François Hollande obtenait en début de semaine 30% de cote de confiance, et Manuel Valls 52%. Des scores bien supérieurs, tout de même, à ceux de l'automne.

(*) Sondage réalisé par téléphone entre les 6 et 7 février auprès de 1 005 personnes de 18 ans et plus (méthode des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M156470 le mercredi 11 fév 2015 à 10:37

    L'époque des chrysanthèmes est révolue ! Face aux réalités, nos gouvernants se perdent en conjonctures !!...

  • M156470 le mercredi 11 fév 2015 à 10:35

    L'ascenseur se serait-il grippé ??? Place au toboggan !!!....

  • M931269 le mercredi 11 fév 2015 à 09:54

    La dure réalité d'un pays a la dérive revient a la surface aprés avoir "surfé " sur un événement recent dramatique !Aucunes réformes sérieuses a ce jour sinon que du bricolage , du rafistolage ! On évite soigneusement tout sujet qui fache ou qui pourrait amener de la contestation ! Si gouverner c'est cela , alors ce sera galére un peu plus pour nous les Français de base et le bout du tunel est bien loin .

  • frk987 le mercredi 11 fév 2015 à 09:36

    Le coup de maître ce fut quoi : "allez-y, attaquez ces voyous"....Quelle courage...ce fut lui qui aurait pris une arme comme le shérif des temps jadis pour abattre les criminels, soit....mais son courage dans cette affaire....pas compris. De plus c'est son parti qui les fait entrer en masse....délirant l'opinion publique !!!!

  • jmidy le mercredi 11 fév 2015 à 08:52

    En fait, 64% des gens ne croient plus en la capacité de nos politiques à redresser le pays....

  • jmidy le mercredi 11 fév 2015 à 08:50

    Rattrapés par la réalité plus vite que les Grecs :)

  • pichou59 le mercredi 11 fév 2015 à 08:27

    demander au " petit peuple", on est loin de tout cela !!! il a réussit un coup de maître grace à son service "com" sur les événements de janvier. je trouve cela très déplacé - pendant ce temps, on oublie la réalité des problèmes : chômage (et combien le mois de janvier!), augmentations des impôts, taxes, csg des retraités....., et pendant ce temps, les élus et assimilés s'indignent des contrôles de l'administration fiscale,; il y en a même qui disent que c'est de la "ségrégation fiscale (BFM)