Un nouveau sommet à quatre sur l'Ukraine pas pour tout de suite

le
0
    BERLIN, 14 octobre (Reuters) - Angela Merkel et le président 
ukrainien, Petro Porochenko, conviennent que des pourparlers 
supplémentaires sont requis avant de pouvoir tenir une nouvelle 
rencontre sur l'Ukraine. 
    Une telle rencontre, dite "en format Normandie", entre les 
dirigeants allemand, français, russe et ukrainien é été 
envisagée pour le 19 octobre à Berlin. 
    Les autorités allemandes ont toutefois jugé mercredi que les 
conditions pour sa tenue n'étaient pas réunies. 
    La chancelière allemande et le président ukrainien se sont 
entretenus par téléphone jeudi et ont insisté sur la nécessité 
de stabiliser le cessez-le-feu dans l'Est de l'Ukraine conclu à 
Minsk il y a dix-huit mois. 
    Mais, a dit le gouvernement allemand vendredi, "ils ont 
aussi convenu que d'autres discussions étaient nécessaires (...) 
pour permettre une rencontre en format Normandie". 
    Angela Merkel, François Hollande et le président russe, 
Vladimir Poutine, se sont aussi parlés mercredi par téléphone 
dans l'optique d'une éventuelle rencontre le 19 octobre. 
    Mais la tenue d'un tel sommet à quatre est compliquée par la 
situation en Syrie et les bombardements russes sur la ville 
d'Alep, vivement critiqués par la communauté internationale et 
au premier chef la France.  
    La crise en Syrie est à l'origine de l'annulation de la 
visite que Vladimir Poutine devait effectuer à Paris le 19 
octobre. 
    Dans l'est de l'Ukraine, pendant ce temps, "la guerre 
continue", estime Petro Porochenko, qui accuse Moscou de se 
moquer de ses interlocuteurs et de renforcer sa présence 
militaire en soutien des séparatistes. 
    Dans une tribune publiée vendredi dans le Frankfurter 
Allgemeine Zeitung, il affirme que "les combattants pro-russes 
du Donbass ont plus de chars et de lance-roquettes que l'armée 
allemande". 
    "Selon les services de renseignement ukrainiens, il y a 
désormais dans le Donbass 700 chars russes, plus de 1.250 pièces 
d'artillerie, un millier de véhicules de transport de troupes et 
plus de 300 lance-roquettes", écrit le président ukrainien. 
 
 (Andrea Shalal, Gilles Trequesser pour le service français, 
édité par Tangi Salaün) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant