Un nouveau projet d'attentat déjoué ?

le
1
Des documents de propagande pro-État islamique ont été retrouvés sur l'ordinateur et le téléphone portable de deux anciens codétenus de la prison de Toulon. Les services de police cherchent à comprendre à quelles fins ils cherchaient à acheter des armes.
Des documents de propagande pro-État islamique ont été retrouvés sur l'ordinateur et le téléphone portable de deux anciens codétenus de la prison de Toulon. Les services de police cherchent à comprendre à quelles fins ils cherchaient à acheter des armes.

Voulaient-ils organiser une opération djihadiste dans l'Hexagone ? Ou partir en Syrie ? Deux couples de convertis à l'islam, qui cherchaient depuis le printemps à réunir de l'argent et à acheter des armes, font l'objet d'investigations poussées de la part de la police. Les services enquêtent actuellement sur eux pour déterminer leur dangerosité. Aucune arme n'a été retrouvée à leur domicile, mais de nombreux documents djihadistes qui laissent planer un doute sur leurs intentions y ont été saisis.

Les faits, révélés par le Parisien

, lundi 4 juillet, remontent au 27 avril 2016. Ils mettent en cause un détenu de la prison de Toulon (Var) dans la cellule duquel ont été retrouvés une clé USB et un téléphone portable, dans lesquels étaient stockés des documents pro-Daech. Selon les premiers éléments de l'enquête, cet individu aurait noué des liens d'amitié avec un codétenu pendant leur incarcération. Le second, prénommé Benjamin par Le Parisien (le prénom a été modifié), libéré début 2016, était assigné à résidence dans le cadre de l'état d'urgence, mais il aurait continué de communiquer avec l'autre par l'intermédiaire de sa compagne.

Selon la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), les deux couples auraient cherché à réunir de l'argent par cash et par mandat auprès de la communauté radicale qu'ils fréquentaient. Benjamin aurait laissé entendre...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 il y a 5 mois

    Il faut arrêter le principe des droits de l'homme nous sommes en guerre et entretenir notre ennemis ne fait pas parti des droits de l'homme. pas de droits sans devoirs.