Un nouveau policier entendu dans l'affaire du Carlton

le
0

LILLE (Reuters) - Un nouveau policier a été placé en garde à vue à Lille mercredi dans le cadre de l'affaire de proxénétisme dans laquelle deux autres policiers sont déjà impliqués et huit personnes mises en examen.

Le parquet de Lille a confirmé le placement en garde à vue d'un capitaine de police interpellé dans la matinée par des inspecteurs de l'Inspection générale de la police (IGPN).

La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Douai a par ailleurs refusé la demande de remise en liberté du chargé de relations publiques de l'hôtel Carlton de Lille.

Cet homme de 69 ans est décrit par son avocat comme dépressif et en mauvaise santé. En détention depuis le 6 octobre, il sera entendu par les juges d'instruction le 7 décembre.

Une semaine plus tard, le 13 décembre, le directeur d'une filiale d'Eiffage mis en examen et écroué sera entendu par les juges.

Le policier en garde à vue depuis mercredi matin a occupé les fonctions de responsable de la lutte contre le proxénétisme à la sûreté urbaine de Lille. Il occupe actuellement d'autres fonctions au sein de la police lilloise.

Il est interrogé, d'après une source policière, sur ses relations avec les acteurs de ce dossier et notamment avec deux responsables de l'hôtel lillois mis en examen pour proxénétisme aggravé.

Deux autres policiers sont impliqués dans cette affaire: le responsable de la sécurité départementale du Nord, Jean-Christophe Lagarde, mis en examen pour proxénétisme aggravé et laissé en liberté, et le patron de la Direction départementale de la Sécurité publique, Jean-Claude Menault, entendu en garde à vue mais laissé libre sans mise en examen.

Il est reproché aux policiers d'avoir au minimum fermé les yeux sur un réseau de proxénétisme, voire d'avoir participé à son fonctionnement en présentant des prostituées à des clients.

Jean-Christophe Lagarde aurait ainsi participé en Belgique à Paris et aux Etats-Unis à des "parties fines" avec Dominique Strauss-Kahn, l'ancien directeur du Fonds monétaire international, qui demande à être entendu par les juges lillois.

Pierre Savary, édité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant