Un nouveau métier pour Eiffage, organisateur de spectacles !

le
0
Copyrights here
Copyrights here

(lerevenu.com) - Cet ouvrage, réalisé dans le cadre d'un partenariat public-privé avec la communauté urbaine de Lille, est très représentatif de ce que recherchent les groupes de BTP. Avec un investissement de 324 millions d'euros, la construction du stade de plus de 50.000 places a duré vingt-huit mois et demi, assurant pour l'entreprise un haut niveau d'activité durant cette période et mettant à contribution toutes ses branches (construction métallique, travaux publics, etc.).

Eiffage assurera désormais l'exploitation, l'entretien et la maintenance du stade jusqu'en 2043. Le groupe recevra une redevance annuelle de 16 millions d'euros de la part de la communauté urbaine de Lille, mais il engrangera des recettes supplémentaires, grâce à l'organisation de spectacles, concerts, meetings professionnels... Le stade a, en effet, été conçu pour changer de configuration afin de pouvoir accueillir, au-delà des matchs de football et de rugby, une programmation étendue et diversifiée. Grâce au concept de la «Boîte à spectacles», la moitié nord de la pelouse est conçue pour se glisser au-dessus de la moitié sud. Un gigantesque rideau isole la partie inoccupée du stade, qui se transforme alors en palais des sports ou salle de concerts.

Lorsque le stade sera disponible avec l'ensemble de ses fonctionnalités à l'automne, le défi pour Eiffage sera d'organiser suffisamment de «shows» pour rentrer dans ses frais. Pour muscler ses compétences dans le domaine du spectacle et de l'événementiel, la major du BTP vient de recruter l'ex-responsable de la billeterie du Stade de France, ainsi que l'ancien secrétaire général de Paris Bercy et ex-directeur du palais Nikaïa à Nice. Par ailleurs, Eiffage Immobilier a lançé juste à côté du stade, un programme de près de 20 000 mètres carrés comprenant une résidence services, deux hôtels, un centre de remise en forme pour sportifs, des bureaux, des restaurants, etc.

Comme toujours avec les concessions, le stade de Lille devra monter en puissance avant de dégager des recettes significatives. Eiffage vise, pour cette infrastructure, un chiffre d'affaires annuel d'une vingtaine de millions d'euros dans les premières années d'exploitation, hors la redevance versée par la communauté urbaine de Lille. À court terme, les investisseurs se focalisent sur le redressement des marges de l'entreprise que la conjoncture plus difficile risque de ralentir.

Conservez Eiffage.

Olivier Dauzat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant