Un Norvégien d'extrême droite et son épouse française arrêtés en Corrèze

le
0

Un Norvégien d'extrême droite, Kristian Vikernes, a été arrêté mardi à l'aube en Corrèze sur des soupçons de visées terroristes, même si aucune "cible, ni projet" concrets n'ont pour l'heure été identifiés.

Surnommé Varg, cet homme de 40 ans a été interpellé avec son épouse française, Marie Cachet, 25 ans, à leur domicile de Salon-la-Tour par les policiers de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI). Ils ont été placés en garde à vue au commissariat de Brive.

Selon le ministère de l'Intérieur, ce "proche de la mouvance néo-nazie" était "susceptible de préparer un acte terroriste d'envergure" et "constituait donc une menace potentielle" comme l'atteste notamment "la violence de ses propos interceptés notamment sur le web".

Manuel Valls, interrogé dans les couloirs de l'Assemblée, a reconnu qu'il n'y avait pour le moment "ni cible, ni projet identifié", mais a justifié cette interpellation par la nécessité, en matière de terrorisme, "d'agir avant, et non pas après".

"Pour savoir ce que pouvait être éventuellement ce projet, par anticipation, par prévention, la DCRI, et elle a bien fait, a considéré qu'il était important de l'interpeller et de l'auditionner", a-t-il ajouté.

Le Norvégien faisait depuis plusieurs années l'objet d'une surveillance, mais c'est au début du mois que l'affaire a pris un tour judiciaire avec l'ouverture d'une enquête préliminaire par la section antiterroriste du parquet de Paris. Cette décision a été prise notamment du fait de l'acquisition, légale, d'armes par Mme Cachet, qui possède un permis.

En perquisitionnant, les policiers ont notamment saisi mardi matin cinq armes longues, dont quatre carabines 22 long rifle, selon la source judiciaire.

M. Vikernes est l'un des destinataires du manifeste de l'extrémiste Anders Behring Breivik, un texte tortueux que le tueur avait rédigé pendant des années avant de le diffuser le jour où il a tué 77 personnes, le 22 juillet 2011 en Norvège.

"Jugé dangereux"

M. Vikernes est décrit dans les premiers éléments de l'enquête comme un sympathisant de la droite la plus extrême, "susceptible de préparer des actions violentes" et, à ce titre, "jugé dangereux", a indiqué à l'AFP une source policière. Une source judiciaire a évoqué une "dangerosité potentielle".

C'est au regard de l'acquisition d'armes et de la mise en ligne de messages ouvertement antisémites et xénophobes qu'a été prise la décision d'interpeller le couple.

Kristian Vikernes, surnommé "le comte", est célèbre en Norvège. Musicien connu de black metal, il avait été condamné à une peine de 21 ans de prison pour avoir assassiné en 1993 de plus de 20 coups de couteau Oeystein Aarseth, le guitariste de son groupe, qu'il percevait comme un rival.

Il a également été inculpé pour l'incendie de cinq églises, mais sa culpabilité n'a jamais été établie, et, à sa sortie de prison en 2009, il a contesté avoir jamais été sataniste. Il a affirmé en avoir pris l'étiquette pour choquer le public.

Après son arrivée en France en 2010, M. Vikernes a appelé sur son blog à voter pour Marine Le Pen et le Front national, décrivant son pays natal comme "le dernier Etat soviétique de l'Europe".

Interrogé par l'AFP, le maire de Salon-la-Tour, Jean-Claude Chauffour, a précisé que M. Vikernes s'était installé il y a un an dans une maison de location, à l'écart du village, avec sa famille. Selon l'élu, les enfants, dont l'aîné a presque six ans, n'étaient pas scolarisés et M. Vikernes et son épouse ne s'étaient pas intégrés à la vie du village.

Le Norvégien au regard clair s'habillait "de vêtements de type militaire" et possède trois voitures, "elles aussi de style +camouflage+", selon le maire.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant