Un musée pour faire accéder au rang d'art bd, animation et jeux vidéo

le
0
Sculpture du dessin animé "Ratatouille" AFP/PHOTO FRANCOIS GUILLOT
Sculpture du dessin animé "Ratatouille" AFP/PHOTO FRANCOIS GUILLOT

(AFP) - Faire accéder au rang d'art contemporain la bande dessinée, le manga, le cinéma d'animation et les jeux vidéo, c'est l'objectif d'Art Ludique, le premier musée consacré à cet univers, qui ouvre ses portes, samedi à Paris avec une exposition sur le studio Pixar.

"Ca faisait 10 ans qu'on essayait d'avoir un musée sur l'art de +l'entertainment+ (NDLR: divertissement) à Paris. C'est un rêve de gosse qui se réalise", se réjouit son fondateur Jean-Jacques Launier, qui assure que "c'est le premier musée au monde de ce type".

Situé au sein des Docks, bâtiment orné d'une structure métallique verte qui surplombe la Seine, près de la gare d'Austerlitz, "Art Ludique, le musée" accueillera le public, à partir de samedi sur 1.200 mètres carrés.

Pour inaugurer ce lieu, qui n'expose pas encore de collection permanente, l'exposition "Pixar, 25 ans d'animation", dédiée au célèbre studio d'animation américain (Toy Story, 1001 pattes, Monstres & Cie, Ratatouille...) désormais propriété de Disney, sera présentée jusqu'au 2 mars 2014.

Elle avait déjà été présentée fin 2005 au MoMA de New York qui avait alors connu une de ses plus fortes affluences. L'exposition a ensuite été vue dans de nombreux musées à travers la planète.

Signe des temps, début 2013, les jeux vidéo ont fait leur entrée dans les collections permanentes du grand musée d'art moderne américain, rejoignant quelques-unes des plus grandes oeuvres de Picasso, Van Gogh, Dali ou Lichtenstein.

Dessins de recherche au fusain, au feutre ou à la gouache, collages, études de personnage, story-board, sculptures...à travers les quelque 500 pièces originales exposées, "c'est tout l'univers de création des films de Pixar qui est présenté", explique Jean-Jacques Launier.

'Susciter des vocations'

"Pour moi, les studios comme celui de Pixar sont comparables au ateliers de la Renaissance. C'est un assemblage d'artistes", estime ce passionné, qui possède la galerie Artludik consacrée aux mêmes thèmes à Paris.

"L'animation, c'est d'abord du dessin et de la peinture. La technologie de l'ordinateur n'est qu'un outil, ça ne remplace en rien le côté artistique", poursuit celui qui a déjà organisé fin 2004 l'exposition consacrée aux dessinateurs Miyazaki et Moebius, au musée de la Monnaie de Paris.

Parmi les pièces majeures de l'exposition Pixar, le dessin original de la lampe qui a servi de logo à Pixar, réalisé par son fondateur John Lasseter, ou le "Zoetrope" (zootrope en français, ndlr), dispositif optique inspiré de ceux du XIXe siècle, qui permet de donner l'illusion du mouvement à partir de statuettes de "Toy Story". Enfin, grâce au "Artscape", le visiteur pourra s'immerger dans les décors des dessins d'animation.

Son fondateur est persuadé que ce nouveau musée, créé en partenariat avec La Compagnie des Alpes qui possède notamment le Parc Astérix ou le musée de cire Grévin va attirer tous les publics, jeunes et moins jeunes et "susciter des vocations".

"Ado, j'aurais adoré avoir un lieu comme celui-ci. J'ai toujours été très frustré que les artistes que j'admirais n'aient pas d'espace dédié à la hauteur de leur talent", explique-t-il en estimant que son musée est à la fois "populaire" et "d'avant-garde".

"Même si ça n'a pas toujours été le cas, la notion d'art est acquise", conclut Jean-Jacques Launier qui entend dans un deuxième temps constituer une collection permanente pour meubler son musée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant