Un musée, c'est beau aussi la nuit...

le
0
La neuvième édition de la Nuit européenne des musées All Rights Reserved
La neuvième édition de la Nuit européenne des musées All Rights Reserved

(AFP) - Glisser ses pas dans ceux d'un robot au musée du quai Branly, promener une mappemonde en papier journal avec l'artiste Pistoletto au coeur de Paris, mouler des talismans égyptiens à Cherbourg : les musées font leur Nuit samedi, dans une ambiance festive et ludique.

Quelque 3.000 musées européens dont plus de 1.300 en France sont mobilisés pour la neuvième édition de la Nuit des musées. Plus de 5.000 animations sont annoncées.

L'an dernier, 2 millions de visiteurs avaient participé dans l'Hexagone à cette opération organisée par le ministère de la Culture et placée sous le triple patronage du Conseil de l'Europe, de l'Unesco et de l'ICOM (Conseil international des musées).

Accessibles gratuitement et ouverts tard dans la nuit, les musées ont rivalisé d'imagination pour proposer aux noctambules des visites inattendues, concerts, spectacles, circuits.

Au musée du quai Branly, un robot amateur d'art accueillera le public sur le plateau des collections. Coiffé d'un chapeau, le cou enveloppé dans une écharpe, le robot analysera les comportements des visiteurs pour se forger un sens de l'observation et développer sa propre esthétique.

Toujours dans ce musée, l'artiste Fred Chemana présentera son "gestographe digital" qui décompose le mouvement. Dans une salle plongée dans le noir, les visiteurs seront invités à mettre des gants blancs et une combinaison noire puis à faire des gestes mimant un mot de leur choix, sous l'objectif d'un appareil photo. Le participant pourra conserver le résultat ou l'insérer dans une oeuvre collective.

Non loin de là, Michelangelo Pistoletto, figure de l'Arte Povera, promènera avec le public sa "Sphère de Journaux" depuis le Musée du Louvre jusqu'à la Monnaie de Paris, aller et retour, à partir de 20H00. Une performance, imaginée en 1967 par l'artiste italien de 79 ans, pour faire descendre l'art dans la rue.

"Chasseur-cueilleur" d'images et de sons, l'artiste Erik Samakh fera chuchoter les ifs autour du "Penseur" de Rodin dans les jardins de son musée.

Le musée des Arts et métiers se métamorphosera en "fabrique des inventions": église transformée en salle des machines en mouvement, expériences autour de l'électricité...

Féerie de bulles

L'Unesco mettra en avant son patrimoine artistique, riche de 700 oeuvres dont certaines ont été commandées lors de la construction de son siège, à la fin des années 1950 tandis que d'autres ont été données par les États membres: mobile de Calder, peinture murale de Picasso, bronzes d'Henry Moore, etc.

Au musée de l'Armée, des artistes, solidaires, feront une exposition-vente de leurs oeuvres, une partie des sommes récoltées allant à une association de soutien aux militaires blessés en opérations.

À Coupvray (Seine-et-Marne), dans la maison natale de Louis Braille, veillée et expériences sensorielles se feront... dans le noir. Le château de Fontainebleau (Seine-et-Marne) proposera une féérie de bulles.

Dans la Manche, au muséum Emmanuel-Liais de Cherbourg, les visiteurs pourront se prendre pour des artisans de l'Égypte ancienne en réalisant des moulages de talismans ou de serviteurs funéraires.

À Dunkerque (Nord), un championnat du monde de ricochets fluorescents sera organisé par un collectif pour le LAAC (Lieu d'art et d'action contemporaine).

Pour sa désormais traditionnelle Nuit des mystères, Mulhouse (Haut-Rhin) a mobilisé ses musées sur le thème des Années folles.

Bourges (Cher) jouera la carte du spectacle vivant avec "Tous en piste" dans plusieurs de ses musées.

À Lyon, le musée Gadagne racontera les légendes et mystères lyonnais, en version famille puis à partir de 21H en version "adulte".

Au musée de la préhistoire de Tautavel (Pyrénées-Orientales) le public pourra allumer un feu avec deux pierres ou deux morceaux de bois, comme au bon vieux temps. Il pourra apprendre à lancer une sagaie au moyen d'un propulseur, arme inventée au Paléolithique supérieur.

Bordeaux invitera le public à "réveiller l'oeuvre qui est en lui". Les visiteurs pourront sélectionner des cartels (plaquette d'information sur les oeuvres) dans dix lieux culturels et se forger un personnage imaginaire. Vénus ou Hercule, marmotte ou pieuvre...

pcm/pjl/ed

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant