Un mur de conteneurs pour séparer les prisonniers au Brésil

le
0
    SAO PAULO, 22 janvier (Reuters) - L'administration 
pénitentiaire brésilienne a fait ériger dimanche un mur de 
conteneurs à l'intérieur de la prison d'Alcacuz, dans le 
nord-est du Brésil, pour tenter de prévenir des affrontements 
sanglants entre bandes rivales. 
    Le centre d'Alcacuz, près de Natal, la capitale du Rio 
Grande do Norte, a été le théâtre de la mort de 26 détenus la 
semaine dernière et la guerre des gangs a fait au moins 140 
morts depuis le début de l'année dans les prisons brésiliennes. 
    Cette violence a révélé au public la guerre de territoire 
que se livrent le PCC, basé à Sao Paulo, et le Comando Vermelho 
(Commando rouge), basé à Rio de Janeiro. 
    Pendant plus de vingt ans, le PCC et le Comando Vermelho se 
sont plus ou moins alliés pour que le trafic d'armes et de 
drogue puisse se poursuivre sans heurts dans la jungle. 
    Mais, il y a environ six mois, le PCC a tenté de chasser son 
rival des routes d'approvisionnement en stupéfiants et avance 
ses pions dans les régions du Nord et du Nord-Est. En réponse, 
le Comando Vermelho s'est allié avec des groupes locaux pour 
contrer la montée en puissance du PCC. 
    Les massacres ont commencé le 1er janvier, quand l'un de ces 
groupes locaux, Familia do Norte, allié au Commando rouge, a tué 
56 détenus dans une prison amazonienne.  
    Familia do Norte contrôle une lucrative route du trafic de 
cocaïne le long du rio Solimões, un affluent de l'Amazone qui 
vient de Colombie et du Pérou, les deux principaux pays 
producteurs de coca dans le monde.  
 
 (Brad Brooks; Jean-Stéphane Brosse pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant