"Un multiculturalisme agressif a semé la pagaille en Occident"

le
0
Des femmes portant le voile intégral dans une rue du centre de Marseille, le 24 décembre 2009.
Des femmes portant le voile intégral dans une rue du centre de Marseille, le 24 décembre 2009.

Le Point.fr

:

On a l'impression que l'un des grands enjeux des élections françaises, primaire de la droite, puis élection présidentielle, est le rapport à l'insécurité identitaire, le sentiment d'une partie de la population d'être dépossédée culturellement...

Mathieu Bock-Côté : Très certainement. Lorsque le débat politique touche les fondements mêmes de la cité, il redevient existentiel. La fragilisation des grands repères historiques et anthropologiques pousse les peuples à la révolte. C'est une des grandes peurs de notre époque : devenir étranger chez soi. De la même manière, sur le plan anthropologique, on sent que nous entrons dans un monde où tout est possible, surtout le pire. L'homme est à la recherche de repères, de cadres stables assurant une certaine permanence de la nation, et ce sont ces cadres que les élites médiatico-économiques ont tendance à refuser ou même à diaboliser en les assimilant au repli sur soi.

Évidemment, ceux qui ont l'avantage de pouvoir profiter du nomadisme mondialisé avec son idéal de mobilité maximale n'éprouvent pas ces inquiétudes. La France moisie : la vieille formule de Philippe Sollers a bien défini, il y a près de vingt ans, le rapport trouble de notre temps à ce qu'on pourrait appeler le besoin d'ancrage et d'enracinement. La politique...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant