Un mort et deux blessés dans une fusillade à Toulouse

le
0

TOULOUSE (Reuters) - Un homme a été tué et deux autres ont été blessés mardi soir dans une fusillade près des Izards, un quartier "sensible" du nord de Toulouse, a-t-on appris de sources policière et judiciaire.

Inconnue des services de police, la victime, âgée de 25 ans, a été exécutée avec un fusil de calibre 12, selon le procureur de la République de Toulouse.

Elle se trouvait avec "une grosse dizaine de personnes" dans la cuisine d'une pizzeria située à 2 kilomètres du quartier des Izards, a dit Michel Valet lors d'une conférence de presse.

"Il y a eu un seul tir mortel, effectué de très près, de haut en bas, qui a traversé la gorge, et fracassé la région thoracique", a-t-il précisé.

Une quinzaine de coup de feu au moins, issus de deux armes différentes, ont été constatés, mais le parquet se refuse à parler d'échanges de tirs.

"Les tirs ont commencé à l'extérieur de l'établissement et se sont poursuivis à l'intérieur", a déclaré le procureur.

Deux hommes âgés de 31 et 32 ans, connus des services de police pour des affaires de stupéfiants, ont été blessés. L'un d'eux était alors dans son véhicule garé devant l'établissement.

Une heure après les faits, deux véhicules ont été retrouvés incendiés à deux kilomètres dans une rue isolée du nord de Toulouse. Aucune interpellation n'a été effectuée pour l'heure.

"On peut relier avec une certaine probabilité ce qui c'est passé hier soir aux événements survenus entre le 5 et le 8 décembre dans le quartier des Izards", a dit Michel Valet.

Les Izards, classé zone de sécurité prioritaire (ZSP) et quartier d'attache de Mohamed Merah, "le tueur au scooter", a été le théâtre de plusieurs fusillades.

Le 5 décembre dernier, l'employé d'une pizzeria du quartier avait été visé par des tirs, alors qu'il aidait une habitante du quartier à transporter ses courses, et avait dû s'enfuir face à ses agresseurs.

Trois jours plus tard, un jeune homme de 18 ans avait été victime d'une rafale de Kalachnikov, au pied de son immeuble, à quelques centaines de mètres de la fusillade de mardi. Il était alors en présence d'un groupe d'individus, dont l'employé de la pizzeria visée l'avant-veille.

Dans le cadre de ces deux affaires, une personne est toujours incarcérée et une autre est sous contrôle judiciaire.

La lutte pour le contrôle du marché des stupéfiants est à l'origine des violences, selon une source proche de l'enquête.

Une bande ancrée dans le quartier des Izards serait en conflit avec des jeunes du même secteur, alliés avec des "éléments" du quartier de la Reynerie, dans le sud de la ville.

Guillaume Serries, édité par Sophie Louet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant