Un millier de salariés du bricolage manifestent pour travailler le dimanche

le
11
Un millier de salariés du bricolage manifestent pour travailler le dimanche
Un millier de salariés du bricolage manifestent pour travailler le dimanche

Une fois n'est pas coutume, une manifestation de salariés était soutenue par leurs directions. Ce mardi, un millier de salariés des magasins de bricolage Leroy-Merlin et Castorama ont manifesté à Paris pour défendre le travail dominical. «On veut travailler le dimanche», scandaient les manifestants réunis derrière une banderole proclamant : «Oui à la nécessité et au plaisir de bricoler le dimanche».

Les salariés, issus de 47 magasins d'Ile-de-France, font valoir qu'ils travaillent le dimanche exclusivement sur la base du volontariat et soulignent gagner 100 euros net de plus ce jour-là, où les enseignes réalisent environ 20% de leur chiffre d'affaires. Leur mouvement, baptisé «Collectif des Bricoleurs du Dimanche», est atypique car il est soutenu par leurs directions qui financent la mobilisation, les affiches et t-shirts sur lesquels on peut lire «Yes week-end».

Mais les salariés récusent toute instrumentalisation. «On n'est pas manipulés. C'est une démarche salariale de A à Z. On est soutenus par nos directions, on ne l'a jamais caché», a ainsi déclaré Emilie Monjanel, étudiante en master qui travaille en alternance chez Castorama. «C'est transparent. Nos directions veulent ouvrir parce que les clients veulent venir et que nous on veut travailler», a insisté Gérald Fillon, l'un des porte-parole du collectif.

Une pétition avec 200 000 signatures

Partis de Montparnasse, les manifestants se sont rendus à la mi-journée au ministère du Travail où ils ont déposé des pétitions en faveur du travail du dimanche signées par quelque 200.000 personnes, selon Gérald Fillon.

Depuis quelques années, les syndicats multiplient les actions judiciaires contre les enseignes qui ouvrent le dimanche, journée théoriquement consacrée au repos hebdomadaire, mais sujette à de nombreuses dérogations et aménagements. Les enseignes de bricolage réclament que la législation soit modifiée pour qu'elles aient le droit...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • d.jousse le mardi 14 mai 2013 à 19:15

    la première liberté est de pouvoir travailler quand on veut et autant qu'on veut. Mais en France, on aime pas que les employés puissent faire avancer leur boite. Le problème est que les syndicats sont politisés et se foutent des intérêts des employés. Mais les jeunes, vont faire changer ce merdier, parce que non seulement on les empêchent de bosser mais en plus la moitié de leur salaire sert à payer le fardeau du passé. Alors, papy ta retraite, elle commence à nous peser.

  • mucius le mardi 14 mai 2013 à 18:59

    Ces fdp de la CGT et de FO, qu'en disent-ils? Eux qui défendent si bien les foncs! Ces syndicats sont une atteinte aux libertés.

  • facon12 le mardi 14 mai 2013 à 18:31

    aprés les 35 heures et les heures sup suprimées c'est la seule façon d'arrondir les fins de mois. le temps libre c'est bien beau mais si on a pas les moyens d'en profiter on se fait chier.

  • rhaag le mardi 14 mai 2013 à 18:12

    a chaque jour suffit sa peine

  • mpincon le mardi 14 mai 2013 à 18:04

    Les étudiants ont besoin de jobs de week-end pour vivre , car ils font leurs études la semaine ...C'est pas compliqué à comprende , pourtant !Appamée

  • collar11 le mardi 14 mai 2013 à 17:57

    C'est surtout une bonne claque sur le nez de FO prêt à couler Bricorama pour défendre leur idéologie. Quand à la vente sur le net j'aime bien aussi mais va donc essayer de finir une réparation urgente dans ton domicile avec une vente sur le net ...

  • M7173203 le mardi 14 mai 2013 à 17:48

    Elle n'a qu'à devenir PDG de la SG, elle aura pas besoin de travailler le dimanche !

  • M7173203 le mardi 14 mai 2013 à 17:45

    Elle est un peu bizarre cette Emilie Monjanel qui est étudiante en Master en alternance chez casto et qui dit vouloir travailler le dimanche sans être manipulée???.... J'ai encore jamais vu un master qui apprend à travailler en rayon chez Casto... Et je vois mal les mecs du marketing, de l'informatique, compta ou controle de gestion travailler le dimanche? faudra qu'elle m'explique.

  • alain29 le mardi 14 mai 2013 à 17:41

    pourquoi pas travailler le jour du seigneur si c'est sur la base du volontariat ! Quid des salariés qui refuseraient ? Sondage tout le monde ou presque est d'accord pour l'ouverture , mais les mêmes refusent de bosser ce jour-là !De toute façon , c'est déjà une proposition obsolète : la vente en ligne va tuer le commerce de détail ! cf : la fNAC , BUT et autres ...

  • b.gil123 le mardi 14 mai 2013 à 17:40

    Voilà la solution contre le chômage,ouverture de tout les magasins le Dimanche pour les volontaires..