Un millier de réfugiés en France «dans les prochains jours», la droite divisée

le , mis à jour à 10:49
3
Un millier de réfugiés en France «dans les prochains jours», la droite divisée
Un millier de réfugiés en France «dans les prochains jours», la droite divisée

Une « situation exceptionnelle » en Syrie notamment, qui oblige les gouvernements membres de l'Union européenne à « prendre rapidement des décisions ». Ce matin sur France 2, le ministre de l'Intérieur est moins précis que la veille devant la bureau national du Parti socialiste.

Lundi soir, Bernard Cazeneuve a affirmé aux dirigeants du PS que la France allait accueillir « dans les prochains jours » un millier de réfugiés, « à la demande de l'Allemagne, mille réfugiés dont les dossiers ont été quasiment instruits, venant de pays pour lesquels il n'y a pas d'hésitations à avoir sur la nature de leur demande », a indiqué Olivier Faure. Et le porte-parole du PS, après avoir rappelé que la France avait accueilli un demi-million d'Espagnols pendant la guerre d'Espagne et 120 000 Vietnamiens en 1979, pouvait tendre la main. « Accompagner, prendre en charge 24 000 Syriens, Irakiens, Érythréens, ce n'est pas hors de portée, loin s'en faut », a-t-il estimé, alors qu'un récent sondage du Parisien-Aujourd'hui en France a montré que 55% des Français étaient opposés à l'accueil de davantage de migrants.

Ce mardi matin, Bernard Cazeneuve n'évoque pas ces premiers mille arrivants mais convient que 24 000, le nombre indiqué hier par le président de la République, « peut bien entendu évoluer ». « Nous accueillons aujourd'hui des réfugiés en France qui ont besoin de la protection de notre pays. Nous recevons par delà ceux qui arrivent par la relocalisation, d'autres qui arrivent directement, comme à Calais ».

Mais le ministre de l'Intérieur assortit cette politique à l'installation de « centre d'accueil des réfugiés et de contrôle des frontières » « au franchissement des frontières extérieures de l'UE ». Quant à la distinction faite par le maire de Roanne de n'accueillir dans sa ville que des réfugiés chrétiens, « je ne la comprends pas, je la condamne, et elle me paraît funeste », ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bernm le mardi 8 sept 2015 à 11:11

    Il y a quant meme une difference a faire entre les migrants syriens refugies, et les economiques, souvent d'origine africaine a Calais par exemple. D'ailleurs, bizarement on n'entend pas parler des emeutes a Calais hier ou les migrants ont brules les vetements qui leur ont ete donnes....

  • brinon1 le mardi 8 sept 2015 à 10:52

    je vais finir par voter le politiquement "non votable".....

  • am013 le mardi 8 sept 2015 à 10:42

    on accueille, on acceuille alors qu'on est pas foutu de fournir du travail à tous les français, que nos enfants ne peuvent disposer de bourses en temps et heure du fait qu'il y a trop de demandes, qu'il n'y a pas assez de logements...et qui va payer pour une décision qui n'appartient qu'aux politiques influencés par les médias alors que les français, du moins la majorité, en ont ras le bol de tout cela....