Un millier de migrants syriens entrent en Hongrie

le , mis à jour le
0
Un millier de migrants syriens entrent en Hongrie
Un millier de migrants syriens entrent en Hongrie

Un millier de migrants qui avaient réussi à gagner la Serbie ce week-end après avoir traversé la Macédoine, ont franchi lundi dans la soirée la frontière de la Hongrie, membre de l'Union européenne et de l'espace Schengen. Le même jour à Berlin, Angela Merkel et François Hollande ont réclamé ensemble une réponse «unifiée» de l'Europe face à la crise des migrants. Ces migrants sont entrés en Hongrie à partir de la Serbie en longeant la voie ferrée transfrontalière, près du village de Roszke au sud de la Hongrie.

Cette arrivée intervient quelques quelques jours avant l'achèvement de l'installation de la barrière destinée à empêcher l'entrée des migrants, annoncé pour le 31 août par le gouvernement hongrois du populiste Viktor Orban. Haute de quatre mètres, elle va longer les 175 km de la frontière avec la Serbie.

Le groupe de migrants, pour la plupart des Syriens fuyant les combats dans leur pays, est arrivé à un passage de la frontière qui n'était pas encore clôturé. Ils ont été accueillis par la police hongroise, qui les a escortés vers un centre d'enregistrement proche, selon l'agence officielle MTI.

VIDEO. Serbie : les réfugiés continuent d'arriver par milliers

Nombre de ceux qui ont franchi la frontière après 19 heures ont déclaré qu'ils venaient directement de la frontière de la Macédoine avec la Grèce. Les autorités macédoniennes avaient décrété jeudi l'état d'urgence et fermé le passage à la frontière avec la Grèce, déployant des forces spéciales de police dans une zone frontalière près de la ville de Gevgelija (sud) pour empêcher les migrants d'entrer dans le pays.

Vendredi matin, les policiers ont lancé des grenades assourdissantes sur les migrants pour les repousser, mais leur nombre a rapidement augmenté à plusieurs milliers de personnes, qui ont débordé samedi les policiers. Les migrants ont ensuite poursuivi leur parcours, et dans la nuit du samedi au dimanche, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant