Un milliard d'euros d'amendes au Brésil pour des cimentiers

le
0
LES CIMENTIERS BRÉSILIENS À L'AMENDE POUR ENTENTE ILLICITE
LES CIMENTIERS BRÉSILIENS À L'AMENDE POUR ENTENTE ILLICITE

BRASILIA/SAO PAULO (Reuters) - L'autorité brésilienne de la concurrence (Cade) a infligé des amendes d'un montant total de plus d'un milliard d'euros à six cimentiers coupables selon elle d'entente sur les prix depuis 20 ans.

Parmi les entreprises sanctionnées figurent quatre sociétés brésiliennes : Votorantim Cimentos, Itabira Agro Industrial, Cia de Cimentos Itambé et Intercement Brasil, une filiale de Camargo Correa.

Au terme de 10 heures d'audition, la Cade a également épinglé le portugais Cimpor Cimentos de Portugal et le suisse Holcim, impliqué dans un projet de fusion avec le français Lafarge.

L'autorité de la concurrence a ordonné en outre aux six cimentiers de réduire de 20% leur capacité de production de béton sur les principaux marchés et de se défaire de toutes leurs participations croisées.

L'un des accusés, Votorantim, a déjà annoncé son intention de contester les sanctions infligées par la Cade devant les tribunaux.

Les ventes de ciment ont plus que doublé au Brésil au cours de la décennie écoulée et les prix ont augmenté des deux tiers sur fond de forte croissance stimulée par d'importants travaux d'infrastructure.

Les cimentiers ont profité plus récemment des chantiers liés à l'organisation par le Brésil de la Coupe du monde de football avec des dépassements de coûts qui ont défrayé la chronique.

(Leonardo Goy et Guillermo Parra-Bernal, Patrick Vignal pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant