Un médiateur nommé pour les intermittents du spectacle

le
3
UN MÉDIATEUR NOMMÉ POUR LES INTERMITTENTS DU SPECTACLE
UN MÉDIATEUR NOMMÉ POUR LES INTERMITTENTS DU SPECTACLE

PARIS (Reuters) - Manuel Valls a annoncé samedi la nomination d'un médiateur pour tenter de désamorcer la crise avec les intermittents du spectacle qui s'opposent à l'accord sur l'assurance chômage du 22 mars et font planer une menace sur la tenue des festivals d'été.

"Pour répondre à certaines inquiétudes exprimées sur la situation des intermittents du spectacle", une mission va être confiée à Jean-Patrick Gille, député d'Indre et Loire, qui devra remettre ses propositions sous 15 jours, indique Matignon dans un communiqué.

L'élu, rapporteur en 2013 de la mission parlementaire sur les conditions d'emploi dans les métiers artistiques, conduira un "dialogue avec l'ensemble des parties concernées", précisent les services du Premier ministre.

La mission visera à évaluer, "en mobilisant toutes les expertises disponibles, les effets réels des évolutions de paramètres des annexes 8 et 10 prévues par l'accord sur l'assurance chômage du 22 mars 2014 en cours d'agrément, dans le contexte général de l'intermittence".

Jean-Patrick Gille sera également chargé de formuler des propositions pouvant répondre aux difficultés susceptibles d'être identifiées à l'issue de cette analyse.

Une méthode devra également être proposée pour la concertation tripartite Etat-syndicats-patronat, prévue par l'accord, sur les moyens de lutter contre la précarité dans les secteurs concernés par les annexes 8 et 10, précise Matignon.

Depuis plusieurs semaines, différents collectifs d'intermittents du spectacle tentent de faire monter la pression pour contraindre le gouvernement à refuser d'entériner l'accord sur l'assurance chômage du 22 mars et à rouvrir les négociations avec les partenaires sociaux.

Plusieurs antennes du ministère du Travail ont notamment été occupées mercredi à Marseille, Metz et Nancy, selon la CGT Spectacle, qui appelle à une journée d'action le 16 juin, à l'occasion du Conseil national des professions du spectacle (CNPS).

Le ministre du Travail, François Rebsamen, a affirmé mercredi qu'il signerait la nouvelle convention de l'Unedic qui selon lui "garantit l'essentiel des droits à l'indemnisation des intermittents et protège notamment les plus précaires d'entre eux".

(Marine Pennetier, édité par Tangi Salaün)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7093115 le dimanche 8 juin 2014 à 14:04

    L exception culturelle française: entretenir aux frais du contribuable ( à nos frais ) une masse énorme de théa treux et autres salt imbanques qui en retour votent à 80 % à gaucheL a culture ne doit pas être fonctionnarisée ainsi ( quand c'est le cas : voyez les résultats: URSS, Allemagne naz ie.......

  • M940878 le dimanche 8 juin 2014 à 12:38

    pas d'indemnisation pour ces fainéants

  • LeRaleur le dimanche 8 juin 2014 à 12:25

    Hollande va encore posé son froc.