Un marché pétrolier mondial saturé jusqu'à fin 2016-AIE

le
0
    par Dmitry Zhdannikov 
    LONDRES, 11 décembre (Reuters) - Le marché pétrolier mondial 
restera saturé au moins jusqu'à la fin de l'année prochaine, 
conséquence d'un ralentissement de la croissance de la demande 
et d'une nette progression de la production de l'Opep, deux 
éléments qui ne manqueront pas de peser sur les cours, constate 
l'Agence internationale de l'énergie (AIE). 
    Toutefois, la cadence à laquelle se constituent les stocks 
mondiaux sera réduite de moitié à peu près l'an prochain, après 
avoir atteint des niveaux sans précédent, et c'est pourquoi une 
pénurie des capacités de stockage est fort peu probable, ajoute 
l'AIE, dans son rapport mensuel publié vendredi. 
    "Dans la mesure où un supplément de pétrole, venant d'Iran, 
atteindra le marché, les stocks devraient augmenter de 300 
millions de barils; la crainte de voir les capacités de stockage 
atteindre leurs limites est exagérée", dit l'organisme conseil 
des grandes puissances économiques dans leur politique 
énergétique. 
    "Pour l'essentiel, le supplément de pétrole sera absorbé par 
de nouvelles capacités de stockage représentant 230 millions de 
barils et les stocks américains ne sont remplis qu'à hauteur de 
70%", poursuit l'AIE. "Dans la mesure où les stocks continueront 
de gonfler en 2016, il y aura encore beaucoup de pétrole pesant 
sur le marché". 
    L'AIE estime que la décision prise par l'Organisation des 
pays exportateurs de pétrole (Opep) la semaine dernière de ne 
pas plafonner sa production semble à nouveau attester de sa 
détermination de maximiser sa production à faible coût au 
détriment de la production à coût élevé de l'extérieur, quel 
qu'en soit le prix.  ID:nL8N13T2WH  
    "Il semble bien que la stratégie inspirée par les Saoudiens 
commence à porter ses fruits", écrit l'AIE, diagnostic qui était 
également induit par le rapport mensuel de l'Opep paru la 
veille.  ID:nL8N13Z3GD  
    La croissance de l'offre hors Opep a été de moins de 300.000 
barils par jour en novembre, alors qu'elle était de 2,2 millions 
en début d'année. 
    L'AIE prévoit une baisse de 600.000 bpj de la production 
hors Opep l'an prochain, comme dans son précédent rapport. Elle 
projette aussi une croissance de la demande de 1,23 million bpj 
en 2016 contre un pic de cinq ans de 1,79 million bpj cette 
année, le soutien donné par la chute des cours tendant à 
s'évanouir.  
 
 (Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc 
Joanny) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant