Un marché du gaz liquéfié en complète restructuration

le
0
(Commodesk.com) On assiste aujourd'hui à un changement structurel de la demande sur le marché du gaz naturel liquéfiée. Si les prix sont élevés, ils ne sont pas reflétés dans le cours des sociétés du secteur. Deux tendances émergent : une baisse des investissements aux Etats-Unis et une hausse de la demande dans les pays émergents, explique le fonds Undiscovered Ressources Asset Management (Uram), société suisse et spécialisée dans les matières premières et les énergies. "Il semble acquis qu'au prix actuel, les compagnies américaines, en dépit des progrès technologiques, produisent à perte et réduisent au minimum leurs activités de forage pour se concentrer sur leurs actifs pétroliers. Ce marché demeurera en surplus pour les trimestres à venir", souligne Uram. En revanche, au Japon, on assiste à une forte hausse de la demande, pour remplacer les capacités nucléaires manquantes, suite à l'accident de Fukushima en mars dernier. A cela s'ajoute une consommation croissante en Chine, dans le reste de l'Asie et en Amérique latine. "De ces deux phénomènes résulte une nouvelle dynamique de prix : les contrats de gaz liquéfié s'échangent désormais à parité avec le pétrole brut sur les marchés asiatiques. Ce qui ne manquera pas d'affecter le marché européen dans les mois à venir. En effet, bon nombre de cargos risquent d'être redirigés sur l'Asie, au détriment de l'Europe où les prix ne sont pas encore à parité avec le pétrole brut", selon URAM. Les producteurs indépendants de gaz, tout comme les entreprises intégrées ont vu leur capitalisation boursière fondre d'un quart. Seuls les supermajors Chevron, Exxon et Royal Dutch ont limité leur baisse, en n'abandonnant que 10%.
Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant