Un lycée pro parisien en situation de crise

le
5
Pour Brigitte Gueye, professeur de lettres et histoire au lycée Théophile-Gauthier à Paris, la salle des professeurs est une salle des lamentations.

Pour la deuxième semaine consécutive, les professeurs du lycée professionnel parisien Théophile-Gauthier n'assurent pas les cours, mais sont bien présents dans l'établissement où, le 10 septembre, un élève de 14 ans a tenté d'étrangler la proviseur adjointe. Présente lors de l'agression, Brigitte Gueye, 56 ans, professeur de lettres et d'histoire, raconte le désarroi des enseignants face à la banalisation des incivilités et le manque de soutien de la hiérarchie. Le 10 septembre donc, l'élève téléphone en classe. Lorsqu'elle lui demande de cesser, il l'insulte. La proviseur adjointe intervient alors. Le lycéen la plaque contre une armoire, mains autour du cou, avant que ses camarades interviennent. La proviseur adjointe quitte la salle et appelle la police. «Je suis restée seule», précise Brigitte Gueye.

L'encadrement en question

Rentrée chez elle, le soir, l'enseignante ne reçoit aucun appel de sa hiérarchie. «Je suis toujours en colère car j'ai l'impressi

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • laeti453 le lundi 1 oct 2012 à 08:31

    quelques solutions:-rétablissons l'usage de l'uniforme blouse d écolier.-interdisons tout équipement non scolaire: coteaux, téléphones, briquets , allumettes etc.....-naturellement interdisons de fumerToute infraction entraîne ipso facto le renvoi et l' arrêt du paiement des allocations diverses et, le cas échéant, l'expulsion .Voila quelques mesures simples : y aura t il un seul de nos élus avec un peu de courage?

  • laeti453 le lundi 1 oct 2012 à 08:26

    que fait un élève de 14 ans avec un téléphone en classe ?

  • laeti453 le lundi 1 oct 2012 à 08:25

    disons la vérité, ce sera déjà un grand pas en avant....

  • Boongo le lundi 1 oct 2012 à 03:34

    C'est ca le socialisme : plus d'uniforme, des cours allégés, des jeunes de 23 ans qui enseignent sans expérience ...

  • janaliz le dimanche 30 sept 2012 à 22:52

    Je suppose qu'il est toujours interdit d'interdire. Voilà mesdames et messieurs les enseignants où vous a mené votre pédagogie du tout laisser aller, du quasi tout laisser faire. Posez-vous les questions que vous auriez du vous poser depuis très longtemps. La pédagogie de la permissivité vous la prenez en pleine figure aujourd'hui. Que de sarcasmes ont entendu les adeptes de la rigueur et de la discipline !!!...