Un logiciel pour favoriser les relocalisations

le
1
ARNAUD MONTEBOURG LANCE COLBERT 2.0, UN LOGICIEL DESTINÉ À FAVORISER LES RELOCALISATIONS
ARNAUD MONTEBOURG LANCE COLBERT 2.0, UN LOGICIEL DESTINÉ À FAVORISER LES RELOCALISATIONS

PARIS (Reuters) - Un logiciel destiné à aider les entreprises à relocaliser des activités en France en faisant apparaître notamment les "coûts cachés" d'une installation à l'étranger est opérationnel depuis ce lundi.

"Colbert 2.0", dont Arnaud Montebourg avait annoncé le lancement le mois dernier, doit permettre aux entreprises de "refaire les calculs faits il y a un certain nombre d'années" par les entreprises concernées, a dit le ministre du Redressement productif.

La hausse des coûts salariaux dans les pays émergents, l'augmentation des tarifs des transports, des prix de l'énergie ou des coûts du capital sont autant d'éléments à prendre en compte.

S'y ajoute, selon le ministre, "l'essoufflement très tangible du low cost dans l'imaginaire des consommateurs, qui eux-mêmes font de la localisation des lieux de production un outil de sélection de leurs actes de consommation".

Conçu à partir d'enquêtes auprès d'une trentaine d'entreprises, de la TPE jusqu'aux grands groupes, qui ont relocalisé des activités en France, Colbert 2.0, disponible en ligne (www.colbert2-0.fr) délivre, en se fondant sur les réponses à 48 questions, un diagnostic sur le "potentiel de relocalisation" d'une activité.

Pour Arnaud Montebourg, il y a aujourd'hui "un mouvement de relocalisation qui a commencé".

"Il est minoritaire, mais prometteur, il n'est pas massif mais il est pionnier", a-t-il dit.

Afin d'accompagner le mouvement, Colbert 2.0 est doté d'un démonstrateur qui recense des exemples de relocalisations et donne accès aux dispositifs d'aides aux entreprises ainsi qu'aux responsables qui, dans chaque région, sont chargés de réduire les délais pour les installations d'entreprises.

Farouche adversaire de la mondialisation, Arnaud Montebourg, depuis qu'il est ministre du Redressement productif, mène une politique industrielle interventionniste qui a provoqué des controverses dans des dossiers comme ceux du site ArcelorMittal de Florange, le plan social de PSA Peugeot-Citroën ou encore le projet de cession de Dailymotion à Yahoo.

Présentant sa politique comme du "colbertisme participatif", c'est tout naturellement qu'il a retenu le nom du ministre de Louis XIV, qui a créé nombre de grandes industries étatiques, pour ce logiciel.

"Colbert symbolise l'intervention de l'Etat aux côtés du système économique pour le rendre puissant, l'Etat organisant les conditions favorables à la puissance industrielle", a-t-il dit lundi.

Pour éviter de prêter le flanc à des accusations de nationalisme, le ministre s'est revendiqué aussi du mouvement de "reshoring" soutenu par l'administration Obama pour relocaliser des activités industrielles aux Etats-Unis.

Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • desmar10 le lundi 22 juil 2013 à 17:07

    SUJET Déjà commenté car déjà traité!!!