Un livre ravive le spectre du dopage dans le rugby

le
0
Un livre ravive le spectre du dopage dans le rugby
Un livre ravive le spectre du dopage dans le rugby

Moins de deux ans après la polémique déclenchée par Laurent Bénézech, un livre fait resurgir le spectre du dopage dans le rugby, s'attaquant notamment au XV de France, qui aurait été accro aux amphétamines dans les années 80. C'est le journaliste Pierre Ballester qui le laisse entendre dans son livre «Rugby à charges, l'enquête choc» à paraître le 5 mars.

Ce sport de voyous pratiqué par des gentlemen, selon l'expression consacrée, est-il vraiment «dans la même situation que le cyclisme avant l'affaire Festina», comme l'avait assuré Laurent Bénézech, ancien talonneur international, en avril 2013 ?

VIDEO. Benezech : «Il y a dans le rugby un surmédicalisation au service de la performance»

Pour l'instant, peu ou pas de voyous jugés et condamnés dans des affaires de dopage et beaucoup de gentlemen montant au créneau pour défendre le rugby, au coeur des suspicions, et ses fameuses valeurs.

Mais un livre à paraître le 5 mars intitulé «Rugby à charges, l'enquête choc» (ed. La Martinière) montre qu'une culture dopante s'est répandue depuis longtemps dans la discipline. Son auteur, le journaliste Pierre Ballester, cite notamment Jacques Mombet, médecin du XV de France de 1975 à 1995, selon lequel la prise d'amphétamines était monnaie courante dans les années 70 et 80.

«Comme c'était généralisé, je l'ai vu également en équipe de France. Ils avaient chacun leur pilule devant leur assiette lors du repas d'avant match. C'était comme ça à tous les matchs», affirme Jacques Mombet. Selon lui, les joueurs «étaient libres d'en prendre ou pas». «Même les Blanco, Sella, Berbizier?», le relance le journaliste. «Non, pas eux. Ou alors, c'était très exceptionnel», répond l'ancien médecin.

France - Nouvelle-Zélande 1986

Selon lui, le match où «cela s'est vu le plus» est le France - Nouvelle-Zélande de Nantes, en 1986 (16-3). Sur le terrain, des légendes du rugby français comme Daniel Dubroca, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant