Un label américain arrive en France pour récompenser les valeurs éthiques des entreprises

le
0

Le label B-Corp vise à certifier les entreprises prônant des valeurs éthiques et environnementales. Le cabinet de conseil Utopies est la première société française à avoir décroché le sésame. Natures & Découvertes figure parmi les candidats.

«Redéfinir le succès en entreprise». Voilà le mantra du label américain B-corp créé en 2006 par la société B-lab. Cette certification mesure les performances environnementales et sociales des entreprises et «mène un mouvement global pour redéfinir le succès en entreprise». Il regroupe à ce jour 1257 entreprises certifiées dans 38 pays, comme Ben&Jerry's ou Patagonia.

Le phénomène arrive désormais en France. Utopies, société de conseil en développement durable, est la première à avoir décroché le sésame. «Pour les 21 ans de l'entreprise en 2014, on cherchait un moyen de réaffirmer ce qu'on est», explique sa fondatrice Elisabeth Laville. D'abord développée sous forme associative, Utopies devient une SARL après un an et demi d'existence. «On est une entreprise mais on a un but d'intérêt général. On est une entreprise à but non lucratif en réalité».

Séduite par la dimension internationale du label, «parce qu'il ne faut pas regarder que ce qu'il se passe en France», c'est également l'opportunité de faire partie d'un réseau qui a convaincu Elisabeth Laville. «C'est une communauté, large, informelle, et plutôt entrepreneuriale, note-t-elle. Il serait intéressant que cela devienne un vrai réseau qui peut faire entendre sa voix».

Une «déclaration d'interdépendance» à signer

Précurseur en France, elle veut étendre le mouvement au reste de l'Hexagone. «Nous sommes en contact très réguliers avec des entreprises pionnières dans le mouvement de responsabilité éthique des entreprises», ajoute-t-elle. Parmi les candidats, Natures & Découvertes. «Nous avons passé l'évaluation, nous sommes en lice». Des discussions sont également ouvertes avec d'autres entreprises comme La Ruche qui dit Oui, Cojean ou encore la biscuiterie Poult.

Pour prétendre à cette certification, les entreprises doivent passer trois étapes. D'abord, l'entreprise réalise une auto-évaluation en remplissant un questionnaire en ligne. Il couvre des thématiques comme la couverture sociale des salariés, son engagement environnemental et les écarts de salaires hommes-femmes. «On repère de cette manière les points sur lesquels on peut progresser», ajoute Elisabeth Laville. La société candidate doit récolter 80 points au minimum sur les 200 pour pouvoir passer à l'étape supérieure.

La deuxième étape est réalisée par B-lab elle-même qui vérifie les éléments reportés sur le questionnaire, et demande les justificatifs nécessaires. Une fois acceptée, l'entreprise n'a plus qu'à signer la «déclaration d'interdépendance» avec leurs partenaires. Et de porter les valeurs du label. «Ce n'est pas parce que l'on gagne de l'argent que c'est cela qui prime», lance Elisabeth Laville.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant