Un jugement très attendu dans l'affaire des prothèses PIP

le
0
Fin du suspens pour le patron et les anciens cadres de PIP, l'entreprise varoise accusée d'avoir rempli des prothèses mammaires avec du gel frelaté, non homologué. Le tribunal correctionnel de Marseille rend son jugement mardi matin.

Jean-Claude Mas, 74 ans, le fondateur et patron de Poly Implant Prothèse (PIP), une entreprise française fondée à la Seyne-sur-Mer en 1991 et spécialisée dans les prothèses chirurgicales est poursuivi ainsi que quatre anciens cadres Prothèse (PIP) pour des faits présumés de tromperie aggravée et d'escroquerie commis entre avril 2004 et mars 2010.

Pendant près de cinq semaines au printemps dernier, Jean-Claude Mas avait affronté 400 femmes porteuses d'implants mammaires PIP. Ce procès hors normes avait réuni 300 avocats et 7.400 parties civiles. À l'issue du procès, le procureur de la République Jacques Dallest avait réclamé «une amende de 100.000 euros et une interdiction définitive d'exercer dans le secteur médical ou sanit...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant