Un juge d'instruction poursuivi devant le Conseil supérieur de la magistrature

le
0
Patrick Ramaël instruit des affaire sensibles, mais il lui est reproché des «insuffisances professionnelles».

Le juge d'instruction Patrick Ramaël est poursuivi devant le conseil supérieur de la magistrature, à l'initiative du garde de Sceaux. Bien que peu connu du grand public, ce magistrat est en charge de dossiers sensibles comme la disparition en Côte d'Ivoire du journaliste Guy-André Kieffer ou l'enquête sur l'affaire Ben Barka.

Il lui est essentiellement reproché des «insuffisances professionnelles» et de mauvaises relations avec le premier président de la cour d'appel de Paris, Jacques Degrandi.

L'inspection des services judiciaires saisie en 2010 a critiqué un délai «anormalement long» dans le traitement de deux affaires, ainsi qu'un problème de comportement avec une partie civile: le juge avait estimé l'affaire d'Alima Boumediene-Thierry, sénatrice en conflit avec son attachée parlementaire, «insignifiante».

«Manquement au devoir de loyauté et de délicatesse»

Le magistrat s'est toutefois justifié en expliquant qu'il avait du établir des priorités dans le traitem

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant