Un juge brésilien bloque l'entrée de Lula au gouvernement-GloboNews

le
0
    SAO PAULO, 19 mars (Reuters) - Un juge de la Cour suprême 
fédérale du Brésil a bloqué vendredi la nomination de Luiz 
Inacio Lula da Silva au gouvernement, ce qui permet au juge 
fédéral chargé d'une enquête sur un vaste scandale de corruption 
de poursuivre ses investigations concernant l'ancien président 
brésilien, rapporte GloboNews. 
    Selon cette chaîne de télévision, qui ne précise pas ses 
sources, le juge Gilmar Mendes justifie sa décision par le fait 
que Lula pourrait, avec cette entrée au gouvernement, ralentir 
l'enquête pour corruption affectant une grande partie de la 
classe politique brésilienne. Cette décision peut être contestée 
en appel devant la Cour suprême. 
    Lula a été nommé mercredi au poste de chef du cabinet civil 
par la présidente Dilma Rousseff, qui lui a succédé à la tête du 
Brésil en 2010, mais plusieurs recours juridiques l'ont pour 
l'instant empêché de prendre officiellement ses fonctions. 
    Pour l'opposition, le pouvoir veut ainsi protéger Lula, qui 
a été inculpé la semaine dernière de blanchiment d'argent et de 
fraude dans le cadre d'une vaste affaire de corruption dont le 
centre est la compagnie pétrolière publique Petrobras. Une 
entrée au gouvernement permettrait à Lula de n'être responsable 
que devant la Cour suprême. 
    Le juge fédéral Sergio Moro, chargé de l'affaire de 
corruption tournant autour de Petrobras, a fait diffuser des 
écoutes téléphoniques montrant selon lui que Lula et Rousseff 
ont discuté de la possibilité de pouvoir influencer le système 
judiciaire pour protéger l'ancien président. 
    L'opposition n'a jamais accepté sa défaite de 2014, année de 
la réélection de Dilma Rousseff, a répliqué Lula vendredi, 
ajoutant qu'il rejoignait le gouvernement pour aider le Brésil à 
renouer avec la croissance économique. 
    Des partisans de Lula et de Dilma Rousseff, elle-même 
menacée d'une procédure de destitution, ont manifesté à leur 
tour vendredi alors que leurs opposants sont descendus dans les 
rues du pays à plusieurs reprises ces derniers jours. 
 
 (Guillermo Parra-Bernal; Henri-Pierre André et Bertrand Boucey 
pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant