Un juge antiterroriste accuse les réseaux sociaux d'être "passifs" face à l'EI

le
0
Les réseaux sociaux accusés de complicité avec la propagande de Daech.
Les réseaux sociaux accusés de complicité avec la propagande de Daech.

Le vice-président chargé de l'instruction au pôle antiterroriste du tribunal de grande instance de Paris a appelé sur France Inter à faire « changer les lignes de ces médias » qu'il accuse de relayer la propagande du groupe État  islamique. Dans le viseur du juge antiterroriste, Facebook, Twitter ou encore YouTube pas assez actifs dans la lutte contre Daech.

« Est-ce qu'on tolérerait, par exemple, à la sortie du métro en France que l'on ait la revue de Daech ? Non, on ne l'accepterait pas. On l'accepte sur Internet. » Le juge antiterroriste David Bénichou a exprimé son mécontentement face à l'attitude des réseaux sociaux. Il explique dans l'interview comment nous avons mis à la disposition des terroristes des outils de propagandes formidables. »Tous les smartphones qui sont dans les poches de nos enfants déversent une propagande 24 heures sur 24. » Parmi les réseaux sociaux, il condamne Facebook d'être trop laxiste. « Je suis surpris, Facebook est capable dans la minute d'effacer un compte qui met en ligne une paire de seins, mais on nous dit que c'est beaucoup plus compliqué lorsqu'il s'agit d'apologie du terrorisme. » David Bénichou souligne l'importance d'améliorer le dispositif de sécurité et de surveillance. Leur maîtrise des réseaux sociaux n'est effectivement plus à prouver, en octobre dernier Daech publiait un guide d'utilisation des réseaux sociaux pour conseiller les terroristes.

...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant