Un journaliste saoudien menacé de mort pour un tweet

le
0
Arrêté jeudi en Malaisie avec l'aide d'Interpol, Hamza Kashgari a été extradé dimanche vers l'Arabie saoudite où les autorités religieuses l'accusent d'apostasie. Un chef d'inculpation passible de la peine de mort.

La mort pour une petite centaine de caractères: c'est ce que risque le journaliste saoudien Hamza Kashgari, après avoir publié sur son compte twitter des messages contestataire adressés au prophète Mahomet. La Malaisie, où le jeune homme de 23 ans s'était enfui jeudi, a décidé de le renvoyer dimanche dans son pays, après l'avoir arrêté à sa descente de l'avion à l'aéroport international de Kuala Lumpur.

Selon Ramli Yoosuf, le porte-parole de la police malaisienne, cité par plusieurs agences de presse, il a dû rembarquer sur un vol en direction de Riyad, après avoir été remis aux autorités saoudiennes. «Nous craignons qu'il ne bénéficie pas d'un procès équitable et qu'il encourt la peine capitale s'il est jugé pour apostasie», a aussitôt réagi son avocat, Muhammad Afiq Mohamad Nour.

L'affaire remonte au 4 février dernier, date anniversaire de la naissance de Mahomet. Collaborateur à un journal local de Djeddah, dans l'ouest de l'Arabie saoudite, Hamza Kashg

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant