« Un jour, je vais gagner la Coupe du monde »

le
0
« Un jour, je vais gagner la Coupe du monde »
« Un jour, je vais gagner la Coupe du monde »

Hatem Ben Arfa s'est fondu dans le groupe parisien avec un naturel parfois désarmant. Il fallait le voir, mort de rire, avec Marco Verratti, en pleine séance photo au sommet d'un immeuble de Los Angeles, lundi soir, pour comprendre que la recrue phare du mercato du PSG se sentait déjà comme un poisson dans l'eau. Peu après son arrivée sur le sol américain, l'international français (15 sélections, 2 buts) nous a accordé sa première grande interview depuis son transfert à Paris. A 29 ans, l'ancien minot de Châtenay-Malabry (Hauts-de-Seine) n'a rien abandonné de ses rêves.

 

Son arrivée à Paris

 

Le PSG est-il fidèle à l'image que vous en aviez avant d'arriver ?

HATEM BEN ARFA. Oui, bien sûr. Ces dernières années, le club a pris une autre dimension. On sent vraiment que c'est un grand club. Tout est fait pour favoriser et mettre à l'aise les joueurs et le staff. C'est une autre dimension. Par exemple, j'ai été surpris d'apprendre que le jardinier était venu six fois pour le terrain sur lequel on s'entraîne. Six allers-retours à Los Angeles pour contrôler la pelouse, alors qu'on ne va s'entraîner qu'une dizaine de fois ici ! C'est énorme. Là, tu te dis qu'au PSG, c'est carré.

 

Quelles sont vos premières observations sur le terrain ?

Ce qui m'impressionne, c'est la qualité des joueurs à l'entraînement. Un groupe comme ça, c'est comparable à l'équipe de France. Aux entraînements, la qualité est la même. On ressent un gros niveau technique. Quand une équipe a le ballon, c'est plus difficile de le récupérer qu'ailleurs. Le coach aussi m'impressionne. Par le travail qu'on effectue. C'est très réfléchi tactiquement, techniquement, physiquement. Tout est fait dans un but précis.

 

Comment se passe votre intégration à l'effectif ?

Je n'ai pas d'appréhension. Quand on arrive dans un club, il faut s'adapter, s'intégrer. Ça se passe super bien. De très grands joueurs qui ont prouvé ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant