Un jeune Palestinien devient l'idole de tout un peuple en remportant «Arab Idol»

le
0
Un jeune Palestinien devient l'idole de tout un peuple en remportant «Arab Idol»
Un jeune Palestinien devient l'idole de tout un peuple en remportant «Arab Idol»

Les Palestiniens ont fêté fiévreusement samedi la victoire d'un jeune chanteur de Gaza, Mohammad Assaf, devenu l'idole de tout un peuple et de sa cause, dans le plus fameux télé-crochet arabe, «Arab Idol» qu'il a remporté.

Il ne restait plus de places réservées dans les hôtels, les restaurants et les cafés de la bande de Gaza pour suivre la retransmission en direct du dernier programme d'«Arab Idol». Des festivités sont prévues à Ramallah et dans les grandes villes de Cisjordanie après ce triomphe de Mohammad Assaf, 23 ans, salué par une foule en liesse. Doté d'une voix exceptionnelle, le jeune homme, né à Misrata (Libye) mais résident de Khan Younès (sud de la bande de Gaza), était le favori des c?urs face à deux rivaux, un Egyptien et un Syrien.

Mohammad Assaf a encore enthousiasmé le jury, et mis la larme à l'?il à ses innombrables fans palestiniens, lors de la finale d'«Arab Idol» en interprétant une célèbre chanson nationaliste «Ally el-Kofiya» («Brandis le keffieh», ndlr : le foulard traditionnel immortalisé par Yasser Arafat).

Soutenu par l'Autorité palestinienne

Ces derniers mois, les Palestiniens ont retrouvé une source de fierté en suivant ses succès chaque vendredi et samedi, jours de diffusion par la chaîne panarabe MBC à Beyrouth (Liban) de cette émission déclinaison d'un programme occidental. Les Palestiniens se sont massivement mobilisés sur les réseaux sociaux pour faire voter en faveur de leur candidat.

Si le Hamas a manifesté peu d'enthousiasme de voir un enfant du pays s'illustrer dans un registre fort peu islamique, l'Autorité palestinienne, qui gouverne les zones autonomes de Cisjordanie, ne lui a, elle, pas ménagé son appui moral.

La bande de Gaza, dans laquelle vit le jeune chanteur, est sous le coup d'un blocus terrestre, maritime et aérien imposé par Israël depuis la capture, en juin 2006, d'un de ses soldats (libéré en octobre 2011 en échange d'un millier de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant