Un jeune opposant tunisien au parti Ennahda menacé de mort en France

le
0
Mohamed Amin Slama (D.R.)
Mohamed Amin Slama (D.R.)

Le 17 mars, l'avocat tunisien Sabri Ziadi, personnage actif de la Révolution tunisienne, est retrouvé pendu dans une ferme abandonnée, à quelques pas de son domicile, situé à 50 kilomètres de Tunis. Plusieurs journaux et opposants tunisiens évoquent un possible assassinat pour cet ennemi radical du parti islamiste Ennahda. Ces dernières semaines, l'homme défendait notamment le dossier d'une citoyenne qui accuse d'escroquerie Noureddine Bhiri, ancien ministre de la Justice du gouvernement islamiste qui vient de quitter le pouvoir. L'avocat décédé s'occupait également du dossier d'un opposant politique tunisien actuellement réfugié en France : le jeune cyberactiviste Mohamed Amin Slama, 26 ans, vice-président du Parti pirate tunisien. Trois jours après la mort de son avocat, jeudi 20 mars, un message alarmant est publié sur Facebook. Son auteur, Oussama Boujah, est un ex-agent de la Sûreté de l'État tunisien aujourd'hui en exil. L'homme, bien informé, a publié ce message : "Trois Tunisiens sont entrés en France avec l'aide de résidents franco-tunisiens pour liquider corporellement des opposants politiques qui détenaient des documents contre des leaders d'Ennahda. Et à la tête de cette liste figure Mohamed Amin Slama." Frappé par la police pendant quatre joursUn jour plus tôt, l'information était confirmée par deux autres sources, proches des services de renseignements tunisiens. La police française a depuis été informée de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant