Un jeudi 2 juillet sur le marché des transferts

le
0
Un jeudi 2 juillet sur le marché des transferts
Un jeudi 2 juillet sur le marché des transferts

En Italie, c'est à Milan que ça se passe en ce moment. Les deux clubs de la ville jouent à qui fera le plus gros transfert. Sinon, Bernardo Silva, Gueye et Gradel ne devraient pas tarder à quitter notre beau championnat.

Le gros coup du jour : Le Milan AC arrive enfin à conclure


Et ben voilà. La persévérance finit toujours par payer. Après s'être positionné sur 34 dossiers différents, s'être pris autant de râteaux, (à part pour Bertolacci) le club de Berlusconi a enfin réussi à attirer un jouer de calibre dans ses rangs. Séville et surtout Carlos Bacca sont d'accord sur tous les points du transfert. Ils ont tous officialisé ça aujourd'hui. On parle de 30 millions d'euros en tout. Mais l'argent ne compte pas quand il s'agit de retrouver la confiance.

Le moyen coup du jour : L'Inter fait du 100%


Par contre, on a l'impression que de son côté son frère ennemi, l'Inter, est en pleine bourre. Avec Thohir au commandes, le club nerazzurro clôt environ un dossier par jour. Hier, Joao Miranda. Aujourd'hui, Pablo Montoya. Le latéral de Barcelone passait en effet sa visite médicale aujourd'hui. Non, ça ne rigole pas à l'Inter cette saison.

La bonne affaire: Mark Uth monte d'un cran


Il est l'une des perles cachées de Football Manager 2015. Le genre de mec qu'il faut prendre sous son aile dès le début dans un petit club, car pas tout à fait mûr, donc pas trop cher et avec une marge de progression juste parfaite. En gros, il peut encore totalement se cramer, tout comme devenir un vrai tueur des surfaces. Hoffenheim a flairé le bon coup et l'a arraché à Heerenveen aux Pays-Bas pour trois fois rien. Pour information, il a déjà claqué 15 but l'année dernière en Eredivisie.

Les appels du pied (et les râteaux qui vont avec)


- "Qu'on t'associe à un club comme le Barça, même si ce n'est qu'une rumeur, ça veut dire que tu peux être fier de ton travail. C'est clair que l'objectif de tout joueur est de faire partie un jour d'un club de cette dimension et j'espère pouvoir y arriver. C'est sûr que j'aime l'idée de jouer un jour en Espagne. C'est un championnat de très grande qualité, mais je dois respecter l'AS Monaco". Pour ceux qui ne l'ont pas saisi, Bernardo Silva déclame à Marca et au monde entier qu'il ne déteste pas la France, mais qu'il préfère cent fois aller en Espagne. À bon entendeur.











Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant