Un jeu vidéo pour appareils mobiles tiré de la saga "Hunger Games"

le
0
Un jeu vidéo pour appareils mobiles tiré de la saga "Hunger Games"
Un jeu vidéo pour appareils mobiles tiré de la saga "Hunger Games"

(AFP) - La saga des film à succès "The Hunger Games" va inspirer un jeu vidéo pour appareils mobiles, a annoncé vendredi l'éditeur Kabam.La société basée à San Francisco a conclu un accord avec les studios Lionsgate pour concevoir un jeu destiné aux smartphones et aux tablettes.

Kabam est spécialisée dans les jeux pour appareils mobiles gratuits (free-to-play), qui se rémunèrent grâce à des publicités ou à la promotion de produits virtuels.

"Lionsgate présente un bilan sans précédent dans le développement et la production de franchises de films à succès comme +The Hunger Games+ ", a fait valoir le chef des opérations de Kabam, Kent Wakeford, dans un communiqué.

"En s'alliant avec Lionsgate, Kabam va concevoir un jeu qui sera aussi agréable à jouer que le film à voir", a-t-il ajouté.

Kabam prévoit que les joueurs endossent des rôles comme ceux de membres du District, capables de nouer des alliances et de se libérer, dans l'esprit des livres de la saga de Suzanne Collins, qui a déjà inspiré deux films.

L'histoire, très prisée par les adolescents, raconte une société futuriste qui oblige ses habitants à participer à un jeu télévisé dont la règle consiste à tuer ou à se faire tuer.

Les deux premiers films "Hunger Games", avec l'actrice Jennifer Lawrence, ont généré plus de 1,5 milliard de dollars au niveau mondial, selon Kabam. Un troisième épisode de la série doit sortir sur les écrans en novembre.

"Nous sommes tellement heureux de travailler avec Kabam pour apporter aux fans une expérience qu'ils n'ont jamais eue avant", a déclaré le vice-président exécutif des médias numériques chez Lionsgate, Danielle DePalma. "Participer à des jeux de rôle avec des mentors tirés directement du monde de +Hunger Games+ donnera aux fans le sentiment d'être vraiment dans l'action".

Le jeu sera développé par les studios Kabam en Chine, qui avaient déjà ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant