Un islamiste malien remis en liberté en Mauritanie - FIDH

le
0

ABIDJAN, 6 août (Reuters) - Un islamiste malien visé par un mandat d'arrêt international a été libéré en Mauritanie, où il était détenu depuis des mois, a-t-on appris jeudi auprès de la Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH). Sidi Mohamed Ould Mohamed Ould Bouamama, alias Sanda Ould Bouamama, est l'ancien porte-parole d'Ansar Dine, un groupe lié à Al Qaïda qui a participé en 2012 à la prise de contrôle du nord du Mali par des mouvements islamistes et touaregs. Ould Bouamama, qui possède la double nationalité malienne et mauritanienne, s'était livré aux autorités mauritaniennes après l'intervention des soldats français de l'opération Serval début 2013. Il était depuis détenu dans un endroit tenu secret. Les responsables mauritaniens, qui n'ont jamais officiellement reconnu sa détention, n'ont pu être contactés dans l'immédiat. Selon Florent Geel, directeur du bureau Afrique de la Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH), Ould Bouamama a été libéré lundi. "Remettre en liberté un individu de ce calibre lui permettra évidemment de reprendre ses activités djihadistes et de continuer de commettre des crimes", a-t-il dit à Reuters. Le mandat d'arrêt international délivré contre lui par la justice malienne l'accuse de crimes contre l'humanité, crimes de guerre, génocide, meurtre et actes terroristes. "Nous sommes atterrés par la libération de ce terroriste qui était en première ligne de l'occupation djihadiste (du nord du Mali)", a réagi un haut responsable de l'armée malienne. (Joe Bavier avec Kissima Diagana à Nouakchott et Emma Farge à Bamako; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant