Un internaute sur cinq adepte de la «social TV»

le
0
Un internaute sur cinq adepte de la «social TV»
Un internaute sur cinq adepte de la «social TV»

Avant, lorsqu'un politique lâchait une énormité à la télévision, on s'indignait avec son voisin de canapé. Aujourd'hui, on se précipite sur notre smartphone, on se connecte à Twitter ou Facebook et on partage notre avis avec des millions d'autres internautes qui, peut-être, se trouvent devant la même émission au même moment. Parfois, une discussion naît même de notre indignation et les journaux relatent le mini-phénomène dans leurs colonnes le lendemain. C'est le monde merveilleux de la «social TV», la télé sociale, où le plateau-télé se transforme en un gigantesque repas-débat virtuel ! Et selon une étude Médiamétrie parue cette semaine pour Mesagraph, 18% des personnes connectées sur Internet ont adopté cette pratique en 2013. Soit près d'un internaute sur cinq.

Une mine d'informations

Les producteurs de télé-réalité l'ont bien compris et ne cessent de solliciter leurs téléspectateurs. Dans certaines émissions, les tweets défilent même en direct dans le bas de l'écran. Dans d'autres, les internautes posent des questions auxquelles doivent répondre les invités ou experts sur le plateau. Un gage d'interactivité que ne cessent d'exploiter les chaînes depuis plus d'un an et qui croît sans relâche chez les jeunes: selon Médiamétrie, un internaute de 15-24 ans sur trois a déjà posté un commentaire en lien avec un programme TV sur un blog, un réseau social ou le site de la chaîne. Sur Twitter, les jeunes représentent deux internautes sur trois dans ces «conversations numériques».

Elles permettent aux chaînes et aux marques - et donc aux annonceurs - de bénéficier d'un retour immédiat du public. Plus efficace encore que le fichage client par carte de fidélité, elles «semblent accroître l'implication des téléspectateurs dans un programme», note le directeur du département Télévision de Médiamétrie, Julien Rosanvallon. «Quant à l'effet en termes d'audience, les premières ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant