Un ingénieur français tué par balles en Libye

le
0
Un ingénieur français tué par balles en Libye
Un ingénieur français tué par balles en Libye

Un ingénieur français a été tué dimanche par balles à Benghazi, dans l'est libyen, a annoncé une source médicale à l'hôpital al-Jala où la victime avait été admise après avoir reçu trois balles. Agé de 49 ans, il travaillait pour une compagnie chargée de travaux d'extension dans le Centre médical de Benghazi.

Dans un communiqué, le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius a confirmé «l'assassinat» de cet ingénieur, Patrice Réal, et a «condamné» cet acte «avec la plus grande fermeté» : «Toute la lumière doit être faite sur les circonstances de cet acte odieux et lâche. Ses auteurs doivent être recherchés et condamnés dans les meilleurs délais», souligne le ministre.

L'ingénieur français a été attaqué dans le quartier de Ras Abeida, dans le centre-ville de Benghazi, selon la source médicale. La victime était en compagnie de collègues au moment des tirs.

Depuis 2007, la France s'est fortement impliquée dans la rénovation et l'extension de ce Centre médical dans le cadre de la coopération bilatérale. L'ex-consul honoraire de France à Benghazi, Jean Dufriche, était à la tête de la mission de coopération dans cet hôpital. Il avait quitté le pays après avoir échappé à une tentative d'assassinat en juillet 2013.

Une insécurité persistante

Les intérêts occidentaux ont été visés par plusieurs attaques en Libye depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, notamment dans l'est du pays, bastion de la révolution libyenne et fief de groupes islamistes. Le 11 septembre 2012, des islamistes avaient lancé un assaut contre le consulat américain à Benghazi au cours de laquelle l'ambassadeur des Etats-Unis en Libye, Chris Stevens, et trois autres Américains avaient été tués.

Par ailleurs, l'ambassade de France avait été visée le 23 avril dernier par un attentat à la voiture piégée, faisant deux blessés parmi les gendarmes français. La semaine dernière, sept ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant