Un infarctus n'interdit pas de boire de l'alcool

le
0
Une consommation modérée d'alcool après une crise cardiaque réduit le risque global de mortalité, selon une étude.

Prescrire un peu d'alcool après une crise cardiaque ? Une étude américaine, parue dans le European Heart Journal n'est pas loin de le suggérer. Les chercheurs ont suivi plus de 51.000 hommes pendant 20 ans, période pendant laquelle 1818 ont eu un infarctus. L'analyse de leur consommation d'alcool, avant et après l'attaque, montre que des doses faibles à modérées sont associées à un moindre risque de décès que l'abstinence.

Pour qui buvait avant un infarctus, il n'y a donc pas de raison d'arrêter - ce qui tombe bien car l'étude montre que les hommes ne modifient pas fondamentalement leurs habitudes face à l'alcool. Et pour qui ne buvait pas du tout, il y aurait même plutôt des raisons de commencer puisque le risque de décès a diminué chez ceux qui sont passés de peu ou pas d'alcool à une consommation modérée.

Qu'importe le flacon

Les bières, les liqueurs et les vins paraissent parés des mêmes vertus. Tout est une question de dose. La baisse du risque est la plu

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant